Agir En Fonctionnaire De L'Etat

Solo disponible en BuenasTareas
  • Páginas : 22 (5456 palabras )
  • Descarga(s) : 0
  • Publicado : 5 de noviembre de 2012
Leer documento completo
Vista previa del texto
1. L’éducation prioritaire
Réseau, ambition, réussite
Son origine est aux états unis dans le mandat du président Kennedy. Epoque spécifique années 50, ségrégation fort. Même dans les écoles les noirs étaient interdits.
1954 ces pratiques ont étaient abolies car ils décident ces pratiques dans les écoles ne sont pas conformes à la constitution des états unis. Des mouvement sont développéspar rapport a ce décision avec la diffusion de textes black power. Les manifestations donne comme résultats les minorités noirs sont mises à l’écart et pourtant a la pauvreté. Questions politique de cohésion sociale qui va avoir de répercussions sur la France. Elle va s’implanter d’abord en Royaume Unis et après en Danemark.
Ce politique va se reproduire en France sur le mandat du présidentMitterrand 1980 est consisté en donner plus a ceux qui ont moins. Population en détresse. Chômeur, avec des travails précaire. Zone d’éducation prioritaire : Détermines grâce a des statistiques appelés les IPES Indicateur de pilotage des établissements secondaires. Ils existent jusqu’ aujourd’hui. Ils permettent savoir la position sociale de l’élève, les redoublants, donnes concernant les professeurs,pour chaque collège. Actions cibles :
La proportion des élèves ayant une ou deux de retard
La proportion des enfants d’origine étrangère.
La proportion d’enfant en détresse

Avec ce politique l’état va régulariser de certain façon des inégalités, de façon a compasser une inégalité antérieure. Elle va être décentralise car maintenant c’est le recteur en chargé d’une académie, lesinspecteurs d’académie sont responsables du département auquel ils appartiennent.

L’expansion numérique des ZEP
Plus des zones sont trouvés moins de moyens ils auront pour profiter. En 1983 on peut trouver 360 zones dont écoles primaires, collèges et lycées. Ils comprennent 10% des collèges. En 1997 nous rencontrons 14,3% dont 558 collégiens, dans les banlieues des grands agglomérations, c’est-à-direles quartiers pauvres. Il y a plus des enfants pauvres en Lycées., dont d’enfants d’origine étrangère.
Les enfants hors ZEP qui mangent le midi c’est plus que ceux qui sont ZEP ils mangent a la maison.
En 1997 a la fin de ce bilan, le ministre de l’éducation nationale, Sigolène Royal, a voulu relance cette politique et crée les réseaux éducation prioritaire REP. Ils englobent une partie desaides mais il y a une partie des établissements qui ne peuvent pas appartenir à ce réseau car ils appartienne au ZEP. Ils ont chaque un une politique différente : Les sous ventions sont différentes. Quand elles sont unis ils vont prendre le nom de RZPE, ils vont intégrer 20,55% de collégiens dont 600 mille. A manque de moyens la droite va mettre en place les réseaux d’ambitions réussite. En 2006ont possède RAR vont scolarise 126000 collégiens dont les anciens ZEP et REP. Les reste des établissements hors RAR vont devenir RRS. En 2006 nous allons trouver 240 mille collégiens.

L’effort financier : Une discrimination positive paradoxal

Initialement nous allons prendre en compte les élèves du ZEP 23% et hors ZEP 24,7%. Apres la création RAR nous avons 21,2% par classe et dans lesautres collèges 24,6% élèves. La politique de RAR il y a plus d’heures supplémentaires pour le suivi des élèves et assistants pédagogiques car il y a plus de moyens. Moisan et Simon dans certains établissements les moyens ne sont pas suffisants et des établissements hors ZEP ils vont trouver plus de moyens. Le cout d’un élève est environ 8000 euro. Les salaires des professeurs est diffèrentdans les ZEP et hors ZEP. C’est une discrimination paradoxal car globalement ceux qui reçoivent moins c’est les ZEP.

L’efficacité de la politique d’éducation prioritaire.
C’est l’objet des nombreux études reposant sur le principe suivant on étudie la progressions des élèves des établissements prioritaire et ceux qui se trouvent hors. Un élève progresse autant quand il est bon. Dans les ZEP les...