Arnaldo roche

Solo disponible en BuenasTareas
  • Páginas : 11 (2655 palabras )
  • Descarga(s) : 0
  • Publicado : 1 de octubre de 2010
Leer documento completo
Vista previa del texto
ARNALDO ROCHE-RABELL
De filtres en affleurements

Si parmi l’œuvre de Arnaldo Roche Rabell un tableau évoque de façon spécifique les relations artistiques entre Puerto Rico et l’Europe, il fait partie d’une œuvre qui dépasse ce strict cadre, précisément en quête de cette identité caribéenne.
D’une part la quête de Roche Rabell s’établit à partir d’un contexte particulier –milieuinsulaire, rural, difficultés d’ordre familial-, d’autre part elle l’entraîne dans un parcours fait de bifurcations. Délaissant l’Ecole d’Architecture de l’Université de San Juan de Puerto Rico et un enseignement trop rigide à son goût, il quitte l’île et entre à l’Art Institute of Chicago. Dès le lycée déjà, Roche s’était essayé au dessin, à diverses techniques : crayon, pastel, aquarelle. LesBeaux-Arts de Chicago, réputés pour la figuration, en lui offrant des exemples tels que Albright[1]ou Golub[2], auraient pu infléchir sa trajectoire. Arnaldo Roche n’aurait pas constitué un cas unique de portoricain américanisé, de l’esthétique newyoricaine des années 80. Il n’en est rien, malgré sa filiation avec ces peintres.
Une des premières toiles qu’il ait été donné de voir en Europe setrouve dans l’ouvrage de Sullivan publié en 1996[3]. Il s’agit d’un portrait de 1989 : Comme un voleur dans la nuit. Il ne correspond pas à une œuvre de jeunesse, puisque ses premières toiles datent de 1981. A ce moment-là, les filtres se font prégnants dans son œuvre sans que l’on puisse en identifier l’origine. Quelle part en effet attribuer à la composante indigène, nord-américaine, hispanique,noire, et environnementale tant ces diverses entités se mêlent, s’entrelacent et se fondent ? Ces filtres montrent une large diversité pas uniquement culturelle. Les métaphores et divers processus en constituent également l’essence. Une autre question se pose alors : quels rapports entretiennent ces filtres si complexes avec les différents affleurements qui émanent des toiles ?
Durant lesannées 80-90, Roche s’efforce de découvrir ce que peut lui révéler son visage. Rien que de très ordinaire chez tout artiste pour qui l’autoportrait constitue un exercice par excellence, un axe autour duquel s’élaborent des variations. Chez Roche néanmoins, cela correspond à un désir impérieux de parvenir à une structure de base du portrait. A partir de celle-ci, ce ne sont pas uniquement lesvariations qui l’intéressent. Son aspiration profonde est de faire émerger la part d’hybridation qu’il ressent sans la conceptualiser. Cette structure lui permet également d’incorporer des citations picturales, de fondre corps et portrait, l’homme et l’environnement naturel ou urbain.
Ses autoportraits, ou plutôt ses portraits autobiographiques, font apparaître une figure grise ou dévoilent le doubleregard : bleu du nord-américain, brun de la métisse. Réalisés dans l’intimité et caractérisés par la spontanéité que favorise l’obscurité de l’atelier lors de ses projections d’image-support, ils sont la manifestation continue d’un questionnement sur son moi, sur son identité. Durant cette période de Chicago, le subconscient affleure dans des figures où la tête et le corps ne se différencient pasvéritablement. Roche en fait un ancrage auquel il revient en permanence. Ainsi, il a recours à divers procédés. Ils sont brossés à l’aide du crayon gras, de pastels dont la corporéité diffère (pastel à l’huile, plus dur, pastel doux..), et subissent des procédés propres à la gravure. Force est donc de constater qu’il s’appuie alors sur cette spécificité insulaire.
Dans la perspective denotre étude, il semble opportun de mentionner la tradition de la gravure présente dans toute la Caraïbe dans les années 60, qu’il s’agisse de Cuba ou de Puerto Rico. Il suffit de mentionner l’effervescence provoquée par la Biennale de San Juan dans les années 70 qui attire les regards de l’Europe.
Or cette manifestation artistique provient de deux pôles : la tradition espagnole tout d’abord....
tracking img