Chagrin d'ecole

Solo disponible en BuenasTareas
  • Páginas : 3 (543 palabras )
  • Descarga(s) : 4
  • Publicado : 6 de abril de 2010
Leer documento completo
Vista previa del texto
Chagrin d’École nous montre l’éducation à partir d’un point de vue insolite : celui des mauvais élèves. L’auteur Daniel Pennac nous raconte, à partir de son expérience comme très mauvais élève,comment il se sentait et comment il a sorti, de cet état de mauvais élève. En même temps, il nous fait réfléchir sur la pédagogie, sur l’institution scolaire et son dysfonctionnement, sur la douleur et lasoif d’apprendre; mais surtout, il arrive au sentiment d’exclusion et de solitude avec lequel les élèves vivent pendant leur scolarité.

En ce qui concerne cette solitude, qui nous suit pendant laplus longue époque dans laquelle on sort toujours au matin de la maison, avec le sac à dos plein de livres, et on revient l’après-midi après avoir vécu toute la vie d’enfant dans la même routinescolaire. Les camarades de classe, les professeurs, les mathématiques, la langue, la récré, l’accouplement social, l’accouplement mental avec les professeurs qui essayent d’enseigner des choses nécessairesqui devraient nous intéresser, mais que cette choses volent et nous ne les saisissons pas sans aucune explication. Á partir de là, la préoccupation pour devenir quelqu’un dans la vie commence.Qui n’a pas eu une période de distraction ou d’inadaptation pendant son vie scolaire? Peuvent plus les oiseaux à la tête ou les explications du professeur, l’attention ou l’envie de ne rien penser etlaisser simplement son regard sur la planète ? Ce sont des questions qu’on se pose et qui nous font revenir à la solitude et qui nous font sentir exclus. C’est plus facile qu’on imaginait et s’exclurec’est dans certains cas une puissante tentation et c’est à ce moment-là où la main du professeur est nécessaire.

Comme ils sont fainéants et maladroits ces « Garçons » ! Des expressions commecelles-là, on les écoute chez les professeurs qui n’ont pas la passion de transmettre leur passion pour le savoir et qui ne comprennent pas l’indolence des élèves. « Quand je n’étais pas le dernier de ma...
tracking img