Chanson de geste

Solo disponible en BuenasTareas
  • Páginas : 7 (1510 palabras )
  • Descarga(s) : 4
  • Publicado : 11 de abril de 2010
Leer documento completo
Vista previa del texto
Chanson de geste
Ce type de récit apparaît à l'aube de la littérature française, vers la fin du XIe siècle (elles sont chantées entre 1050 et 1150). Les dernières ont été produites au cours du XVe siècle. Les chansons de geste sont caractéristiques de la littérature médiévale et prennent la suite des grandes épopées de l'Antiquité. Elles sont rédigées en ancien français et en ancien occitan.Elles diffèrent d'un autre grand genre littéraire médiéval : la poésie lyrique, dont la langue cette fois-ci est uniquement l'occitan.
Souvent anonyme, son auteur est un troubadour appelé aussi trouvère qui la destinait à être chantée et accompagnée musicalement, devant un public large, populaire ou noble.
Les chansons de geste conjuguent, le plus souvent, les grands thèmes épiques :héroïsme, honneur, amitié, trahison, vengeance, exaltation des liens féodaux.
Écrites en langue d'oïl par les trouvères, et en langue d'Oc, par les Troubadours, elles chantent la valeur martiale des chevaliers, héros de l'ère de Charles Martel et de Charlemagne, et leurs batailles contre les Maures. À ces légendes historiques sont ajoutées une forte touche de merveilleux : des géants, de la magie et desmonstres apparaissent parmi les ennemis avec les Sarrasins. Avec le temps, les aspects historiques et militaires se sont affaiblis en faveur des aspects merveilleux.
Dans les chansons de geste seule la classe féodale est mise en scène. Le héros épique est un chevalier doué d'une force surhumaine, capable d'endurer toutes sortes de souffrances physiques ou morales. Exemplaire par sa fidélité àson seigneur, il est élu pour sa perfection et représente toujours une collectivité dont l'existence est en jeu. Avec Charlemagne, par exemple, c'est la « dulce France » et le monde chrétien qui luttent et souffrent pour vaincre à la fin. Les forces divines s'ajoutent presque toujours pour le secourir. La mort est le moment le plus émouvant du récit et recèle une leçon dictée par la visionreligieuse et féodale de la société : la souffrance et la mort sont nobles lorsqu'elles sont subies pour Dieu et le suzerain. Ainsi le public, qu'il soit chevaleresque ou populaire, est appelé aux grandes émotions collectives et religieuses.
Les autres personnages ont des rôles définis : ami confident, traître, ennemi, lâche, etc. Ils sont dans le récit pour souligner davantage l'héroïsme et les vertusdu héros principal.
Il reste moins de cent chansons de geste. Les trouvères des XIIIe et XIVe siècles ont groupé les chansons de geste en trois grandes séries appelées des Cycles ou des Gestes. Chaque Cycle comprend des poèmes épiques qui se déroulent autour des exploits d'un même héros ou des membres de sa famille. On distingue le Cycle du roi (Charlemagne), le Cycle de Guillaume d'Orange etle Cycle de Doon de Mayence, également appelé cycle des barons révoltés.
Les sujets sont groupés autour de la famille des Pippinides, notamment autour de la biographie légendaire de Charlemagne: ainsi les chansons constituent une transposition poétique des guerres contre les Lombards, Bretons, Saxons, Sarrasins. L´esprit et les articles de foi se résument en quelques points saillants: baronsserviteurs de Dieu, service féodal dû au suzerain, honneur féodal, vaillance combative, intrépidité.
La Chanson de Roland, XIe siècle
Le Pèlerinage de Charlemagne, XIIe siècle
Huon de Bordeaux, XIIe siècle
Berthe aux Grands Pieds, XIIIe siècle
La Chanson d'Aiquin, v.1190-1200
L´esprit de cette geste est différent : fierté du lignage (parfois plusimportante que la religion), indépendance de la famille, mais fidélité à Charlemagne et à ses descendants légitimes, service sans réserve, importance des figures féminines (cf. Guilbourc). Le ton en est parfois plus libre, souvent comique, les scènes de brutalité se mêlent aux scènes d´un tragique sublime (cf. la mort de Vivien).
Le Couronnement de Louis, 1137 environ
Aliscans,...
tracking img