Essai d'amelie nothomb

Solo disponible en BuenasTareas
  • Páginas : 5 (1207 palabras )
  • Descarga(s) : 7
  • Publicado : 14 de junio de 2010
Leer documento completo
Vista previa del texto
Une histoire belge déroulée au Japon. Une autobiographie fantastiquement racontée par Amélie Nothomb. La divinité morbide des premières années de cette incroyable bambine. Quelques évènements déclencheurs qui provoquent un stade d’illumination, de sagesse et de curiosité dans ce bébé qui maintenant a un regard, par conséquent plein de vie. Une richesse culturelle et linguistique, une gouvernantequi s’appelle Nishio-san qui est comme un soutien pour Dieu (Amélie Nothomb) et finalement un désir manqué d’un suicide provoqué par la fin de la divinité à l’âge de trois ans et le fait de savoir que son père est un consul et qu’un jour elle déménagera du Japon. Sa vie à ce point-là n’avait aucune raison d’être. Voilà, les éléments remarquables au long de Métaphysique des tubes.

Ce romans’est concrétisé par une série de thèmes très attirants qui normalement on ne trouve pas dans la vie d’une enfant et d’autant moins dans une histoire qui se déroule dans le premiers trois années de vie. Le langage, par exemple, dans toutes ses expressions se trouve au long du roman. Dans cet essai on discutera sur comment se développe ces aspects concernant le langage comme un instrument pour sedébrouiller dans un entourage belge-japonais. Ce qui est intéressant de ce thème c’est l’habilité avec laquelle le personnage maitresse la langue et à un moment donné elle arrivera à lire pour chercher la connaissance.

L’étape de non-langage :

Au commencement, on peut trouver une remarquable présence du néant comme une grande caractéristique inhérente du personnage. Dieu, qui est uneautodénomination utilisé par l’auteur au cours du roman, ne regardait rien, ne voulait rien, ne percevait rien, n’attendait rien, ne refusait rien et ne s’intéressait à rien. La seule chose que dieu faisait était d’exister mais même pas cela ne l’intéressait pas. ‘‘Dieu n’avait pas de langage et il n’avait pas donc de pensée.’’ (Nothomb, 2000, p 6). Ce fragment nous montre le langage comme une conséquenceproduite par la vie. Sans langage Dieu n’a pas de pensée et sans pensée il n’obtient pas la connaissance ce qui sera plus tard une des choses la plus importante dans sa vie. Un autre aspect lié énormément à la vie c’est le regard. À ce moment-là, les yeux de Dieu n’avait pas de regard par conséquent il n’y avait aucune conception de vie. On appellera donc l’étape de non-langage en parlant du langagecomme un système de signes vocaux mis en œuvre pour transmettre et communiquer des idées, pensées. Dieu n’utilisait même pas le moyen de communication le plus simple qui pourrait utiliser facilement un bébé ; des cris, des bougements, des sourires, etc. Ce sont des outils simples qu’un bébé peut utiliser pour exprimer ce dont il a besoin. Dieu, il ne faisait pas usage de rien de cela.

Lanaissance du langage activant la pensée :

Cette étape très cruciale du langage est divisée en deux parties. L’étape d’un bébé bruyante, où il n’y a avait que d’hurlements provoqué par l’échec de parler. Quand elle voyait que ses parents produisaient avec leurs bouches des sons articulé bien transparents, cela l’exaspérait. C’est une étape très angoissante pour elle. Par contre, ce quiest important dans cet épisode c’est l’observation et une espèce de naissance du percevoir, à ce point-là, le langage n’était pas né encore, cependant Dieu savait qu’il existait. Ensuite, grâce au chocolat blanc de Belgique, Amélie est née à l’âge de deux ans et demi, en février 1970. Cela a été un moment de délectation et plaisir dont le protagoniste à été sa grand-mère paterne. L’écrivainconsidère qu’à partir le moment qu’elle goût le chocolat elle est vivante, comme on avait déjà dit, par conséquent le langage était né aussi. Grâce au plaisir provoqué par le chocolat, le personnage ose affirmer qu’elle se souvient de tout, certes tout ce qui vaut la peine. Avant de gouter le chocolat il n’y avait pas de clarté par rapport aux témoignages. ‘‘Après, mes informations sont de première...
tracking img