Etude de l'or bleu

Solo disponible en BuenasTareas
  • Páginas : 11 (2564 palabras )
  • Descarga(s) : 0
  • Publicado : 6 de febrero de 2011
Leer documento completo
Vista previa del texto
L ’OR BLEU

La crise de l'eau dans le monde et la transformation
de l'eau en marchandise

Aujourd’hui, un milliard et demi de personnes n’ont pas accès à une eau saine et propre. Chaque année, plus de 5 millions meurent de maladies liées à la mauvaise qualité de l’eau. L’agriculture consomme 70 % de l’eau douce mondiale, l’industrie 20 %, les ménages seulement 10 %, et la quantité d’eaudouce disponible ne représente que 0,5 % de la totalité de l’eau de la planète… En dépit de ces statistiques alarmantes, l’humanité, réticente à modifier ses pratiques, continue à polluer, détourner et épuiser inconsidérément les réserves. Plus grave, les institutions internationales comme la Banque mondiale, le Fonds monétaire international, l’Organisation mondiale du commerce, préconisent laprivatisation et la marchandisation de cette ressource. Plusieurs mouvements de citoyens, de l’Inde à la Colombie en passant par la France, ont compris qu’il est grand temps de réagir : tandis que certains s’opposent à la construction de barrages, qui entraîne le déplacement de milliers de personnes, d’autres militent contre la privatisation des services municipaux de distribution d’eau. Mais lasolution viendra surtout de l’affirmation de quelques principes fondamentaux visant à la protection de l’or bleu, et de la reconnaissance par les instances internationales de l’accès à l’eau douce comme droit humain inaliénable.

Résumé du texte

Écrit par une militante écologiste, ce texte dresse un état des lieux des ressources et de la consommation d’eau dans le monde. L’on y apprend ainsi queles ressources d’eau douce indispensables à la survie de notre planète ne sont pas illimités. Les ressources d’eau douce ne représentant qu’un demi-pourcent des ressources globales d’eau, le reste étant de l’eau de mer ou prisonnière dans les calottes glacières. L’auteur dresse ainsi un portrait plutôt alarmant sur la situation puisqu’il va jusqu’à sous-entendre que d’ici quelques années nosréserves seront épuisés… Cette crise de l’eau commence d’ailleurs à apparaitre dans de nombreux pays principalement dans les pays sous développés, ainsi que les pays surpeuplés tel que certains pays asiatiques. Cette pénurie va concerner tout les êtres vivants de la planète puisque comme l’air, l’eau est indispensable à notre survie comme à celle de la faune et la flore ainsi que pour les animaux. Onpeut voir ainsi apparaitre les effets de manque d’eau dans certains pays, cela se caractérise par des maladies tel que le cholera, la disparition de la vie qu’elle soit humaine, animale ou végétale… ainsi l’écosystème est de plus en plus affaiblie.

L’auteur critique ensuite la politique de l’eau actuelle, qui privilégie selon eux son traitement comme marchandise. Il va remettre en cause le modèlede développement dominant des temps modernes, en d’autre terme, la mondialisation économique. Qui selon lui reste un système alimenté par la croyance selon laquelle une économie globale unique, dotée de règles universelles établies par les sociétés et les marchés financiers, est inévitable. La mondialisation crée des structures économiques et politiques qui rendent impossible une économieécologiquement saine. Par mondialisation économique, il entend l'intégration en un marché unique des économies des différents pays. Les sociétés transnationales exercent des pressions sur les gouvernements nationaux pour qu'ils privatisent, déréglementent, éliminent tout obstacle au commerce et à l'investissement, favorisent l'exportation et, de façon générale, abandonnent le contrôle de leur économie afinde créer une économie globale. Ainsi il établit un lien de cause à effet entre la mondialisation et l’écart croissant entre riches et pauvres. On apprend ainsi que les 225 individus les plus riches de la planète possèdent à eux tous une richesse équivalente au revenu annuel de la moitié de l'humanité et que le cinquième de l'humanité le plus riche consomme 86% de tous les biens et services,...
tracking img