Frances

Solo disponible en BuenasTareas
  • Páginas : 2 (255 palabras )
  • Descarga(s) : 0
  • Publicado : 19 de febrero de 2011
Leer documento completo
Vista previa del texto
Le Mexique a fait d’important progrès au niveau éducatif ces deux dernières décennies. En 2004, le taux d’alphabétisation était de 92,2% et celui des jeunes de 15-24 ans de96%. L’enseignement primaire et secondaire (9 ans) est gratuit et obligatoire. Même si plusieurs programmes d’éducation bilingue existent depuis les années 1960 pour lacommunauté indigène, c’est depuis la réforme constitutionnelle à la fin des années 1990 qui permet véritablement leur essor avec des manuels scolaires écrits dans une douzainede langues indigènes. Aujourd’hui la grande majorité des indigènes sont bilingues.
En 1970, le Mexique fut le deuxième pays au monde (après l'Australie) à mettre en placeun système d’enseignement à distance. Les écoles qui utilisent ce système sont appelées telesecundarias (es). La diffusion de ce système s’étend aussi à certains paysd’Amérique centrale, à la Colombie et même à certains États du Sud des États-Unis.
Les deux universités publiques mexicaines les plus connues sont l’Université nationale autonome duMexique (UNAM) fondée en 1551 et l’Institut polytechnique national (IPN) qui ont un grand prestige dans toute l’Amérique latine. Les quatre principales universités privéesde reconnaissance internationale sont l’Institut technologique d’études supérieures de Monterrey (ITESM) qui est souvent désigné comme le TEC de Monterrey, l’Instituttechnologique autonome du Mexique (ITAM), l’Université Anáhuac (ANAHUAC) et tan réseau d'Universités Red de Universidades Anáhuac avec sièges au Espagne, Italie, et Chile aussi etl’Université ibéro-américaine. Ces universités ont connu une croissance importante et ont su nouer des partenariats avec des universités étrangères les plus prestigieuses.
tracking img