Historia castillo chenanceau

Solo disponible en BuenasTareas
  • Páginas : 12 (2809 palabras )
  • Descarga(s) : 9
  • Publicado : 21 de abril de 2010
Leer documento completo
Vista previa del texto
Chenonceau
- El castillo actual fue construído entre 1.513 y 1.521 por Thomas Bohier, responsable de finanzas bajo los reinados de Carlos VIII, Luis XII y Francisco I.
La historia de este castillo sobre el río Cher está estrechamente relacionada con seis mujeres. Bohier contrajo matrimonio con Catherine Briçonnet , pero al estar muy absorbido por su cargo no pudo seguir de cerca los trabajosde Chenonceau, de lo cual se ocupará su mujer. Tras su muerte (1524), el castillo pasará a ser propiedad del Rey. En 1547 Enrique II dona Chenonceau a Diana de Poitiers,la cual hará construir un jardín y un puente entre el castillo y la otra orilla del Cher. Tras la muerte del rey, Catalina de Médicis obliga a Diana de Poitiers a cederle el castillo . La nueva propietaria hará trazar el parque yconstruir una galería de dos pisos sobre el puente. Catalina legará Chenonceau a su nuera Luisa de Lorena, mujer de Enrique III.
Posteriormente el castillo entrará en un periodo de abandono hasta que el recaudador de impuestos Dupin adquiere la propiedad. Su mujer, Mme. Dupin,tenía un salón por el cual pasaban todas las celebridades de la época (siglo XVIII).
En 1864 Mme Pelouze compra el castilloy convierte la restauración del mismo en el motivo principal de su vida. Actualmente el castillo es propiedad de la famila Menier.
Está formado por un edificio central de forma rectangular con pequeñas torres en los ángulos. A la izquierda se sitúa la biblioteca y la capilla. Sobre el río se eleva la galería de dos pisos.

Barrière d'élégance édifiée en travers du Cher, le château deChenonceau est un bijou d'architecture Renaissance. Bâti au XVIe siècle, il doit à deux femmes son développement: Diane de Poitiers, maîtresse d'Henri II, qui fut établie ici par le roi, et Catherine de Médicis, sa femme, qui, à la mort d'Henri en 1559, chassa sa rivale du château. Catherine fit construire la grande galerie à trois étages sur le pont qui enjambe le Cher.

NOS IMPRESSIONS:
Comme pourbeaucoup de châteaux du cru impossible de l'apercevoir sans
pénétrer dans le parc. Parking bondé mais très proche de la guérite. L'attente peut être longuette au guichet (un peu chère l'entrée ). Le château est au bout d'une longue allée cavalière ombragée. Moins direct mais plus calme un chemin sur votre gauche traversant la forêt vous conduit au bord du Cher.
Chenonceau (château et parc) estremarquablement entretenu, méticuleusement balisé, expliqué... une star.
C'est vrai qu'il est joli ce château, un régal pour objectifs (prévoir un grand angle pour faire léger, ça suffira). L'intérieur est en parfait état, la cuisine est superbe.
L'édifice est plein de recoins charmants. Nous avons beaucoup apprécié les deux jardins de part et d'autre de l'entrée (pratique pour éviter lescontre-jours fâcheux), ils vous permettront d'apercevoir le château dans son entier. Une alternative sympa - louer un bateau (à gauche dans la douve en arrivant, 10F) - et hop en trois coups de rames vous voilà sur le Cher avec vue imprenable sur l'édifice.
En revenant vers le parking, n'hésitez pas à partir, sur votre gauche, à la découverte d'un petit village "typique". C'est calme mignon tout plein eton peut rencontrer les jardiniers du domaine.
Points d'histoire (non documentés!).
-Le château a survécu à toutes destructions, la première fois pendant la révolution française car il servait de pont, et la fois suivante, il échappa aux bombardement des ponts lors de la seconde guerre mondiale car il était "Château".
-Pendant la grande guerre, il fut transformé en hôpital

Construit sur leCher, dont les eaux reflètent la beauté unique de son architecture Renaissance, le Château de Chenonceau est le fleuron du Val de Loire.

« Château des Dames » pour l’histoire de France, bâti en 1513 par Katherine Briçonnet, embelli successivement par Diane de Poitiers et Catherine de Médicis, sauvé des rigueurs de la Révolution par Madame Dupin, Chenonceau doit en effet aux femmes une part de...
tracking img