Les nymphéas

Solo disponible en BuenasTareas
  • Páginas : 5 (1134 palabras )
  • Descarga(s) : 0
  • Publicado : 9 de mayo de 2010
Leer documento completo
Vista previa del texto
LES NYMPHÉAS DE LA VIVONNE.

1. 2. 3. 4. 5.

INTRODUTION. UN TEXTE IMPRESIONNISTE ? LE MONOLOGUE INTÉRIEUR. SYMBOLOGIE OU ANALYSE STILISTIQUE. L´INTERXTUALITÉ.

1. INTRODUCTION. Les Nymphéas de la Vivonne appartient À la Recherche du temps perdu, à la première partie Du côté de chez Swann et plus concrètement à Combray.

2. UN TABLEAU IMPRESSIONISTE ? L´impressionnisme est un mouvementartistique de la deuxième partie du XIX siècle. L´impressionnisme se caractérise principalement car les artistes veulent exprimer la lumière et le moment dans leurs tableaux. L´impressionnisme prend son nom d´un tableau de Claude Monet intitulé Impression : Soleil levant. Il ne s´agit pas de peindre des objets, il s´agit de peindre la lumière et de provoquer des impressions chez les personnes quiregardent le tableau. À travers la peinture l´artiste cherche évoquer et provoquer des impressions. Marcel Proust va peindre un tableau pour évoquer des impressions, mais chez lui, à travers l´écriture pour accéder aux essences. Les Nymphéas de la Vivonne constitue une synesthésie à travers les couleurs, les fleurs… qui cherche provoquer des sensations différentes chez le lecteur à travers la natureet ses éléments.

3. LE MONOLLOGUE INTÉRIEUR. Un des caractéristiques principales dans l´œuvre de Proust est la longueur des phrases comme on peut voir dans Les Nymphéas de la Vivonne. À la recherche du temps perdu se caractérise par l´importance qui joue la mémoire, la conscience, la régression… Combray est crée à partir du souvenir que l´auteur a de son enfance. La madeleine va lui aider àfaire cette régression au passé qu´il va exprimer dans son œuvre. Alors, la mémoire involontaire et ses pensées vont influencer sa façon d´écrire car qui véritablement écrit n´est pas l´auteur et sa mémoire. L´utilisation de phrases longues est due à l´importance qui a la mémoire involontaire au moment de création littéraire. L´auteur exprime ses pensées et ses

souvenirs d´une façon involontaireet il utilise ces phrases pour ne pas casser le flux de ses idées et de ses souvenirs. Il saute d´une idée à une autre idée. 4. SYMBOLOGIE OU ANALYSE STLITISTIQUE. À traves son écriture, Proust va nous montrer une réalité quotidienne, la réalité de son enfance mais poétisée. La première chose à remarquer, c´est le contraste créé à l´incipit du texte où la première partie de la première phrase estdétachée du reste de la phrase :

[…] Mais plus loin le courant se ralentit, il traverse une propriété dont l´accès était ouvert au public par celui à qui elle appartenait et qu´il s´était complu à des travaux d´horticulture aquatique, faisant fleurir, dans les petits étangs qui forme la Vivonne des véritables jardins de nymphéas. […] Cette partie est courte et crée un contraste par rapport aureste des phrases qui sont longues. Cette phrase constitue aussi une métaphore de l´écoulement du temps. Le temps se ralentit, ou le temps s´arrête, au moment où l´auteur a gouté le morceau qui lui a fait faire une régression au passé, comme l´eau se ralentit à cet endroit que l´auteur va peindre à travers de l´ écriture. D´autre part on peut établir une opposition entre le réel et le abstrait deses pensées. Il y des références concrètes comme la Vivonne, à la surface et d´autres qui sont imprécis : plus loin, ça et la… Le texte constitue une grande synesthésie à cause su grand nombre des images qui sont utilisés par l´auteur pour suggérer des sensations sensorielles chez les lecteurs :

[…] les grandes ombres des arbres donnaient `a l´eau un fond qui était habituellement d´un vertsombre […] […] les fleurs peu nombreuses étaient plus pâle, moins lisses, plus grenues, plus plissées, et déposées […] […] j´ai vu d´un vert clair et cru tirant sur le violet […] […] il donnait aux fleurs un sol d´une couleur plus précise […] Dans le texte il y a de comparaisons : […] ça et là, à la surface rougissait comme une fraise une fleur de nymphéa au cours écarlate […] […] On croyait voir...
tracking img