Musica electronica

Solo disponible en BuenasTareas
  • Páginas : 5 (1001 palabras )
  • Descarga(s) : 0
  • Publicado : 7 de enero de 2012
Leer documento completo
Vista previa del texto
6 janvier 2012 Nom : ANDIA Prénom : Hans M2 Recherche : Histoire et analyse des arts de la scène, musique, danse, théâtre.

Le cérémonial funéraire dans le monastère de l’Escorial et ses aspects musicaux.
Conférencier : Gustavo Sánchez

Université Bordeaux III Michel de Montaigne

Au Monastère de l’Escorial, comme cela se passait dans d’autres monastères et cathédrales, la musique régnaitsous des formes et styles variés, pour accompagner les différents moments et événements du devenir de la liturgie. Depuis les motets et les morceaux en latin pour la liturgie solennelle, jusqu’au villancicos* les plus pittoresques et festifs pour certaines fêtes. Sans oublier les œuvres dramatiques musicales. C’est précisément l’ordre de Saint-Jérôme qui fût choisi par Philippe II d'Espagne pourson monastère à l’Escorial, l’un de ceux qui accordait le plus d’importance à la musique. Elle était constamment présente, il suffit pour cela de se rappeler le temps de l’Ordre consacrait au Chœur, dans certaines occasions jusqu’à huit heures par jour. La musique au monastère de l’Escorial joue un rôle très important. On y apprécie le style polychorale, propre à cette période, lorsque un Chœur desolistes (premier chœur) alterne avec un autre plus nombreux (deuxième chœur), les deux soutenus par divers instruments qui jouent la basse continue (orgue et harpe de préférence) puis aidés dans la tessiture grave par d’autres instruments, dont le plus représentatif fut le basson, instrument semblable au Fagot, apparu à la Renaissance, et toujours utilisé au Monastère à la fin du XIXe siècle.L’orgue fut présent tout au long de l’histoire du Monastère, et la Harpe jusqu’à la mort du dernier de ses interprètes connu, le Frère Baltasar de San Antonio (1695-1755), qui céda ensuite la place au clavecin. Charles Quint étant considéré comme le bâtisseur de l'Empire, et son fils Philippe II désirant lui ériger un somptueux mausolée, qui pour lui soit à la fois un temple, un panthéon, un centred'études, un refuge propice à la méditation et à la solitude, il décida de construire un immense monastère à San Lorenzo de El Escorial. Le monastère est devenu de cette façon une œuvre fondamentale, témoin éternel des aspirations impériales de Philippe II. La grande histoire de San Lorenzo de El Escorial débute en 1557, lorsque le Roi Philippe II décide de construire, au beau milieu de la Sierra deGuadarrama, à deux pas du mont Abantos, un monastère destiné à commémorer la victoire remportée sur le Roi de France, à la bataille de Saint-Quentin. Les séjours des rois d'Espagne s'y font alors de plus en plus longs. L'agglomération se trouvant aux alentours du monastère acquiert une véritable importance au XVIIIe siècle, lorsque le roi Charles III charge l'architecte Juan de Villanueva deconstruire plusieurs bâtiments, dont l'objet serait de prolonger le considérable cortège qui l'accompagnait dans ses parties de chasse.

*Les villancicos sont des œuvres musicales très répandue en Espagne au XVII et XVIII siècle. Elles étaient très utilisées lors des célébrations des fêtes de Noël, du Corpus ou celles de certains Saints du calendrier liturgique.

Le Panthéon des Rois abrite lesrestes de tous les monarques espagnols, de Charles V à Alphonse XIII. Une galerie en marbre conduit au Panthéon des Infantes. Douze Rois des maisons d’Autriche et de Bourbon et les mères d’enfants couronnés y sont présents dans leurs tombeaux. Dans le panthéon des Rois on peut voir la tombe de Jean III, le père de l’actuel roi d’Espagne Juan Carlos 1er, une exception, car il est le seul à n’avoirjamais régné. Un peu plus loin, dans d’autres pièces on retrouve 36 autres tombeaux de membres de la famille royale, ou des gens plus ou moins éloignés de celle-ci. Une des figures importantes dans l’Escorial est celle de Juan d’Autriche. Pour faciliter le convoi, on démembre le cadavre et on fait passer les ossements par la France, dans trois coffrets. Arrivés en Espagne, on fiche les os sur...
tracking img