Presencia del crimen

Solo disponible en BuenasTareas
  • Páginas : 10 (2276 palabras )
  • Descarga(s) : 0
  • Publicado : 7 de febrero de 2012
Leer documento completo
Vista previa del texto
Université Paris 13 - L1 AES 2008-2009 - A. Revillard - Introduction à la sociologie

Chapitre 3 : Cultures, socialisation et identités
La culture II. La socialisation La construction des identités I.

III.

I. La culture
A. Une définition difficile
1) 2) 3) La définition extensive des anthropologues Une définition plus restreinte Intérêt d’une conception élargie de la culture

B.Regards sur les cultures : de la cohérence aux recompositions
1) 2) La vision culturaliste : la culture comme unité cohérente Des cultures en mouvements

Principales sources utilisées pour la partie I: ABÉLÈS, M. (2006). "Culturalisme." p. 230-232 in Dictionnaire des sciences humaines, sd MESURE, S. et SAVIDAN, P. Paris: PUF ANSART, P. (1999). "Sociologie de la culture." p. 125-128 inDictionnaire de sociologie, sd AKOUN, A. et ANSART, P. Paris: Le Robert - Seuil CUCHE, D. (1996). La notion de culture dans les sciences sociales, Paris: La Découverte. LAHIRE, B. (2006). "Culture." p. 232-234 in Dictionnaire des sciences humaines, sd MESURE, S. et SAVIDAN, P. Paris: PUF

A. La culture : une définition difficile
1) La définition extensive des anthropologues

Ex. Tylor, 1871 :Culture = « ce tout complexe qui comprend la connaissance, les croyances, l’art, la morale, le droit, les coutumes et les autres capacités ou habitudes acquises par l’homme en tant que membre de la société ». Attention : Culture = pas seulement des éléments immatériels (la morale, la religion, le droit, les croyances), mais aussi des choses matérielles, qui servent de support à des significationsculturelles : ex. les stylos, feuilles, bancs, amphithéâtres, téléphones portables, gâteaux, bouteilles d’eau, sont des éléments de la culture matérielle des étudiants (cf Julien et Rosselin, 2005). La culture ici ne renvoie pas à un ensemble distinct de pratiques sociales, mais à tout ce qui est créé et transmis par « l’homme en tant que membre de la société », par opposition à la nature.

1)Culture : la définition extensive des anthropologues (suite)
• La culture se définit par distinction avec la nature : insistance sur le fait que les pratiques et représentations concernées ne sont pas naturelles, mais résultent d’une construction sociale • Culture ≠ Nature : ex. de la rupture du lien entre sexe et « tempérament » chez Margaret MEAD (cf Annexe 1)

1) Culture : la définitionextensive des anthropologues (suite)
• M.Mead : Anthropologue américaine (1901-1978), mène des enquêtes de terrain approfondies sur plusieurs populations de Nouvelle-Guinée et des îles Samoa. • A partir de ses observations, elle remet en question la conception courante du lien entre sexe et « tempérament » (ensemble de traits de caractère tels que douceur, violence, créativité, etc.) •Représentation courante : des traits de personnalité distincts sont naturellement liés à chaque sexe (déterminisme biologique) : Les femmes sont douces, aimantes, émotives, passives. Les hommes sont violents, agressifs, actifs.

1) Culture : la définition extensive des anthropologues (suite)
• Résultats de la recherche de M.Mead :
Chez les Arapesh : Les tempéraments ne sont pas différenciés selon le sexe.Hommes et femmes sont doux et sensibles. Chez les Mundugumor : Les tempéraments ne sont pas différenciés selon le sexe. Hommes et femmes sont violents et agressifs. Chez les Chambuli : Les tempéraments sont différenciés selon le sexe, mais avec des caractéristiques opposées par rapport à la
représentation dominante dans les sociétés occidentales : les hommes sont doux et sensibles, les femmessont agressives.

1) Culture : la définition extensive des anthropologues (suite)
• Conclusion :
Les « tempéraments » ne sont pas toujours différenciés selon le sexe Lorsque une différenciation existe, elle ne suit pas nécessairement le modèle dominant en Occident (femme sensible, homme agressif) Bilan : les « tempéraments » associés à chaque sexe ne relèvent pas de la nature, mais d’une...
tracking img