Sintonisation

Solo disponible en BuenasTareas
  • Páginas : 7 (1547 palabras )
  • Descarga(s) : 4
  • Publicado : 28 de abril de 2010
Leer documento completo
Vista previa del texto
1. Imaginez ce que peut penser, ressentir et faire Mme Charest face à la situation problème à laquelle elle est confrontée?

a. Dans la première visite au CLSC, elle peut penser que les démarches peuvent être longues, car la procédure est différente de celle qu’elle avait imaginée. Elle démontre à travers son langage non-verbal une certaine surprise quand la travailleuse social lui expliqueque ce sera peut-être une autre intervenante qui va la rencontrer la/les prochaines fois.
Une fois l’autre intervenante rencontrée, elle peut penser que c’est long et qu’elle ne possède pas assez d’outils pour « réussir ses objectifs », une fois la mise en place du plan d’intervention proposé.

b. Nombreux sont les sentiments qu’elle peut ressentir;
D’une part, elle estvulnérable face à la « nouvelle » situation, la relation avec Maurice, et les rôles que chacun représentent, c’est un aspect qui l’inquiète énormément.
De plus, elle semble avoir une faible estime d’elle-même, qui rend encore plus difficile la situation problème.
Elle se sent démunie et angoissée, elle répète à plusieurs ses craintes en relation à Maurice, et ses doutes car elle ne sait pascomment s’y prendre, quoi faire et quoi dire.

c. Elle fait les premiers pas face à sa situation problème. Elle s’approche du CLSC, même si elle ne semble pas trop sûre de son action.
Au début elle est mêlée dans ses pensés et dit ne pouvoir faire grand-chose.
Par la suite, elle entreprend les démarches travaillées et proposées en conjoint, ex. appeler l’aidejuridique.

2. Que croyez-vous peut penser, ressentir et faire Mme Charest confrontée à l’idée de devoir rencontrer une intervenante social?

a. Elle peut penser que ça peut être « malcommode » de voir quelqu'un d’autre et de répéter encore une fois son histoire.
D’autre part, elle peut penser que la bureaucratie prendra beaucoup de temps, et elle ne possède justement pas de temps,car elle ne sait pas quand est-ce que Maurice sortira de l’hôpital.

b. Elle peut ressentir de la méfiance car les intervenantes sociales sont souvent associées à une mauvaise réputation.
Elle peut aussi ressentir de l’incompréhension face à son passé (entre autres à cause de la toxicomanie). Également pour son présent, « toujours » sur le bien-être social, enceinte d’un homme avecqui elle n’est pas sûre de vouloir partager sa vie quotidienne. Il y a aussi certaines craintes de s’ouvrir, et de parler franchement.

3. Imaginez ce que peuvent être les conditions matérielles d’existence de Mme Charest compte tenu de ses caractéristiques sociodémographiques) son âge, son sexe, son statut social, son origine ethnique, sa religion, etc.).

D’abord, j’imaginequ’elle vit avec peu, surtout compte tenu du fait qu’elle ne travaille pas, ne reçoit pas d’aide extérieur, et l’argent qu’elle reçoit provient du bien-être social. Donc ce n’est pas beaucoup, mais elle semble être en mesure de vivre de cette façon.
En tenant compte de l’approche éco-systémique, je constate qu’elle ne peut pas s’appuyer sur son réseau primaire, car elle n’a pas de contact avec sasœur, son père est décédé, elle ne connaît rien de sa mère et elle n’a pas de contact avec la famille élargie. C’est la même chose concernant la famille de son ex-mari, Maurice.
Peut-être sa voisine, pourrait faire partie de son mésosytème, car elles ont une bonne relation et elle a assez confiance en elle pour lui laisser les enfants?
D’autre part, si je tiens compte des besoins exprimés dansla pyramide de Maslow, les besoins non comblés sont nombreux. En conséquence, je m’inquiète et simultanément je me questionne par rapport à l’impact que peut avoir sur France. Le vit-elle vraiment comme un manque ou c’est moi qui le perçois de cette façon?

4. Comment ces conditions diffèrent-elles de votre situation? Expliquez

La situation est différente pour plusieurs aspects. Je...
tracking img