Traduction

Solo disponible en BuenasTareas
  • Páginas : 5 (1244 palabras )
  • Descarga(s) : 0
  • Publicado : 10 de enero de 2012
Leer documento completo
Vista previa del texto
Une mémoire prodigieuse

Don Sebastián, le maître, m'a reçu assis dans la chaise. Il était habillé par son vêtement noir, la chemise bleue, la cravate de la même couleur, étroit et par le petit noeud. Quand je suis entré il(elle) m'a salué très attentivement, avec un sourire comme si elle était une plus grande personne :
- De bons jours, monsieur Albión...
5 après il s'est mis dans un pied.Comme boitier d'une jambe, il s'est assujetti avec les mains sur la table et, en se dirigeant vers le reste de la classe, a dit :
- Le nouvel élève s'appelle Paul Albión.
- De bons jours, monsieur Paul ... - ils(elles) ont répondu à tous à l'une.
- Monsieur Albión, cherche un pupitre libre et sens-toi.
10 il m'a été difficile quelques jours de m'adapter à mes compagnons. Le premier que j'aiappris est allé se ranger dans la cour de l'école et chanter l’hymne franquiste chaque matin(demain) avant d'entrer à une classe. Les garçons nous nous placions place et les filles à l'autre, séparés par quelques mètres.
Nous chantions vis-à-vis du drapeau qui était juste à côté de la porte d'entrée de l'école.
15 le premier jour de classe, le maître m'a fait copier la lettre de la chanson etl'apprendre d'une mémoire, la chose que j'ai faite dans peu de minutes. Quand je me savais déjà, je me suis levé du pupitre. La classe était en silence et le maître m'a regardé avec un visage surpris :
- Qu'est-ce qui lui passe, monsieur Albión ?
Il(Elle) tremblait d'une peur et avec la voix noyée(étouffée) je lui ai dit :
20 - je me sais déjà.
- Une hauteur et un espace(pause)! Venez,approchez-lui. Si j'ai connu bien: dit-il(elle) que déjà la chanson se sait ? Allez, un homme! Il(elle) ne peut pas être s'il(si elle) a seulement eu le temps de la lire une fois. J'asentí avec la tête. Le maître m'a dit :
- En avant, nous l'attendons.
25 je l'ai récitée sans la chanter, d’un trait , et je crois que cela a beaucoup impressionné le maître et tous les élèves parce que, comme j'ai entendudire, plusieurs se savaient la lettre parce qu'ils(elles) la chantaient. L'homme est resté surpris.
- Un garçon, vous saviez déjà la lettre. Tout le monde la sait. Ne se trompez pas. Tel mensonge je ne le consens pas.
30 - non. Non, un m. D'avance ne la savait pas.
- Qu'est-ce qui essaie de me dire ? Quoi est-ce qu'en lisant une seule une fois elle se sait déjà d'une mémoire ?
Toute la classe aéclatéen un éclat de rire. Quand je me suis rendu compte qu'ils(elles) se moquaient de moi, un appétit m'a entré de pleurer., après l'avoir remarqué, le maître a ordonné de se taire à la classe et m'a dit :
- Venez ici, monsieur Albión... Nous allons voir s'il(si elle) est capable dont il(elle) dit. Ayez. 35 prend ce livre d'histoire de l'Espagne. Maintenant je lui donnerai une page pour que j'aimémorisé quelques phrases. La classe entière a dit :
- Les guerres des carlistes! Les guerres des carlistes!
- J'étouffe! J'étouffe! Il(elle) est bien, ses compagnons veulent l'entendre. Les guerres des carlistes.
La classe a éclaté dans des cris...
40 - j'étouffe! Je ne veux pas entendre une mouche ou ils(elles) partent pour informer. Le maître a attendu quelques seconds(secondes) et m'a donnéle livre :
- Ayez, lisez cette page. Sens-toi et quand on saura trois phrases de mémoire avertis-moi.
Tous dans une classe riaient, ils(elles) se moquaient de moi. Même j'ai entendu que certain disait :
- Albión une bonne mémoire...
45 je me suis assis. Le maître l'a levée la règle et a donné un coup contondant(accablant) à la table :
- Je ne veux plus les entendre! Monsieur Albión a à seconcentrer.
J'ai lu. J'il ai eu à faire une paire de fois, parce qu'il était nerveux, mais au bout de quelques minutes je me suis levé à nouveau. Le maître, les élèves, tous m'observaient bouche bée.
50 le maître m'a regardé très sérieux. Il(Elle) m'a dit que je m'approchais à nouveau de l'estrade mobile. Maintenant tous me regardaient avec visage d'étrangeté. Don Sebastián avait aussi les yeux...
tracking img