L'education des filles au togo

Solo disponible en BuenasTareas
  • Páginas : 14 (3372 palabras )
  • Descarga(s) : 0
  • Publicado : 29 de agosto de 2012
Leer documento completo
Vista previa del texto
Éduquer une fille,
c’est éduquer toute une nation.

Introduction
À partir du cours de Francophonie du Professorat de Français à l’Univertsité FHAyCS, le professeur nous a proposé divers sujets concernant la francophonie pour faire un travail de recherche.
D’abord, je ne savais pas quel sujet choisir mais, à partir de la bibliographie présentée et travaillée au cours pendantquatre mois, j’ai pu selectionner le thème et délimiter mon travail. Ce travail va aborder, d’une part, la situation éducative dans laquelle se trouvent plusieures filles francophones au continent Africain, plus précisement au Togo à cause des inégalités de genre et, d’une autre part, faire un bref développement à propos de la vie qu’elles mènent.
Depuis longtemps, les filles du continentafricain n’ont pas les mêmes droits que les garçons. C’est étonnant penser qu’à nos jours on continue avec des problèmes d’égalité entre les sexes.
Pour nous, les citoyens Sudaméricains, l’éducation est le pillier de toute une société, c’est la base sur laquelle se construit et transmis une culture et se développent certaines capacités cognitives, mais pour l’Afrique subsaharienne ce sujetn’est qu’une perte d’argent et du temps à vrai dire des parents.
Selon la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen et la Déclaration International des droits de l’Enfant, l’éducation est un des droits fondamentaux de celui-ci.
Dans cette dernière Déclaration l’article 7 dispose : « L’enfant a droit à une éducation qui doit être gratuite et obligatoire au moins auxniveaux élémentaires. Il doit bénéficier d’une éducation qui contribue à sa culture générale et lui permette, dans des conditions d’égalité de chances, de développer ses facultés, son jugement personnel et son sens de responsabilités morales et sociales, et de devenir un membre utile de la société ».
Le problème fondamental est l’éducation fémenine. Comment changer dans le XXI ème siècle lespensées de cette société « fermée » envers l’éducation des jeunes filles ? C’est la pensée des parents ? Du gouvernement ? ou tout simplement de la société qui les rejète? Serait qu’il faut d’abord faire prendre conscience aux adultes de ce sujet?
Ce sont des questions qu’on tentera de répondre à partir de divers ouvrages lus pour ce travail de recherche.
Cette étude commence par un brefrappel de l’histoire scolaire du Togo en tenant compte que ce pays africain est le plus atteint par la déscolarisation. Le reclin de la scolarisation est suivi d’un recul de l’égalité entre les filles et les garçons face à l’école : l’indice de parité stagne puis chute.
Après je présenterai des problèmes au moment de la scolarisation des jeunes filles, thème principal du travail etfinalement, la conlusion.









Bref renseignement historique de l’éducation du Togo
Le Togo, est un  pays  d’Afrique de l' Ouest dont la population est estimée en 2010 à environ 6 millions d’habitants pour une densité de 95 hab/km². Il est l’un des plus petits États africains avec 56 785 km², s’étirant sur 600 km du nord au sud avec une largeur n’excédant pas 100 km. 
Jusqu’àla moitié du 19ème siècle il n’existait pas une école moderne au Togo. L’éducation était essentiellement traditionnelle et se faisait au sein des familles, des clans, des couvents, des groupes de paires, la culture était transmise de génération en génération par les groupes d’apartenance ou l’ethnie dans laquelle ils naissaient.
La première école fut ouverte à Petit-Popo (actuelle villed’Aného) vers les années 1842 par un Togolais nommé Georges Akuété Zankli Lawson 1er, un commerçant influent de la ville. Dans cette école très rudimentaire, l’enseignement était dispensé en Mina (langue locale) et en Anglais.
Mais il n’y avait pas jusqu’à ce moment-là un système éducatif proprement dit. C’est la colonisation allemande qui a organisé pour la première fois l’école togolaise...
tracking img