L'enseignement du latin

Solo disponible en BuenasTareas
  • Páginas : 7 (1732 palabras )
  • Descarga(s) : 0
  • Publicado : 15 de febrero de 2011
Leer documento completo
Vista previa del texto
Il y a quelques décennies, le latin avait une place plus importante dans le cursus scolaire. Il faut dire qu'il y avait alors cinq heures de latin par semaine et que les élèves travaillaient le latin au moins une heure chaque soir. Les textes suivis se présentaient assez souvent sous forme de versions et thèmes alternés. L'apprentissage successif des cinq déclinaisons était alors très rapide etla différence de l'une à l'autre était clairement intégrée dans les esprits.
Actuellement, il n'y a plus que deux ou trois heures de latin par semaine selon les classes, et les élèves ne travaillent pas tellement cette matière chez eux. L'enseignement du latin périclita donc dès qu'il fut réduit à quelques heures généreusement accordées aux plus mauvais moments de la journée...

C'est donc quese pose réellement le problème de l'enseignement du latin. Avec des horaires réduits et un dévouement moindre des élèves au travail de cette matière, les procédés d'apprentissage du latin se doivent d'évoluer. Avons-nous le droit de faire apprendre à des élèves des choses fausses ou largement inexactes, sous prétexte qu'ils n'ont pas encore abordé tel ou tel fait de langue ?
Il existe tout de mêmedes exercices gradués qui permettent de l'éviter. Nos premières phrases latines de sixième à traduire sont par exemple « adaptées » à ce que nous savions, et les solutions n'avaient pas à être remises en question jour ou l'autre.



Il faut donc adapter l'exercice aux besoins, et non le contraire, si difficile cela soit-il. Le minimum de base est-il d'apprendre la déclinaison de rosa ausingulier et au pluriel, à l'endroit et à l'envers, puis celle de dominus, puis celle de ciuis ?
Enseigner plusieurs déclinaisons simultanément est une source de confusion dans l'esprit des enfants. Assurément, l'élève doit comprendre le système flexionnel du latin. Toute la réussite de l'enseignement repose donc sur l'alternance de méthodes imbriquées et subtiles.
Il faut proposer des textesvivants et attirants, en alternance avec des exercices pour pouvoir passer avec autant d'allégresse sur des textes suivis. L'idéal serait de pouvoir réellement parler latin en jouant avec les professeurs, lors de cours très animés et ludiques afin de s'exprimer aisément en latin.

Le fait de proposer des textes d'un niveau très difficile pour le niveau des enfants permet d'offrir dès le début uncontact avec la langue réelle, quels que soient les mots ou structures rencontrés ; mais il est bon de ne jamais proposer une approximation erronée, un mot à la place d'un autre, sous prétexte que nous ne l'avons pas encore vu. Il faut être rigoureux et n'enseigner que la réalité de la langue, et ne jamais écrire ni dire ce qui est faux ou inexact, en se rendant par conséquence compte qu'il n'est pasapproprié d'inculquer aux élèves des notions qu'il leur faudra bientôt désapprendre.

Les débutants ont en effet droit à du latin non « inconcevable ». Il est possible d'écrire du latin facile, sans erreur et intéressant pour des enfants.
Certes, l'enseignement du latin n'est pas toujours chose facile ; mais il faut tout de même que l'enseignement reste de qualité. En inventant des textes, lesenseignants s'impliquent dans ce qu'ils font. Même s'ils n'utilisent pas des tournures parfaitement idiomatiques, le résultat reste satisfaisant étant donné que le « latin parfait » des syntaxes et des grammaires est quelque peu utopique. En plus du fait qu'une langue évolue et change, le latin n'est pas une discipline facile puisqu'elle n'est ni la langue de l'enseignant ni celle de l'élève.

Ilfaut plutôt donner un grand choix de vocabulaire et expliquer à quoi servent les déclinaisons et les conjugaisons aux élèves, et non se borner à utiliser abusivement les mêmes mots dans des sens similaires. L'exactitude dans l'emploi des mots vient bien après, comme le montre l'imprécision du langage d'un petit enfant, même dans sa langue natale.

Enseigner par exemple la tournure idiomatique...
tracking img