Les liaisons dangereuses

Solo disponible en BuenasTareas
  • Páginas : 10 (2336 palabras )
  • Descarga(s) : 0
  • Publicado : 6 de marzo de 2011
Leer documento completo
Vista previa del texto
Les Liaisons Dangereuses

Chapitre I
La Passion

J'ai cent trois ans.
En effet, je suis né à la fin du XIXème siècle, en 1875, exactement.

Si aujourd'hui je souhaite écrire mon autobiographie – du moins une partie – c'est que je pense p ouvoir apporter quelque chose à mes lecteurs, aussi bien sur le plan historique que sur le plan moral. Bien sûr, certaines personnes pourrontêtre offensées selon mes dires. Je recommande donc à ces gens de terminer ici leur lecture.

Comme je vous l'ai dit, je naquis il y a cent trois ans, en France, dans la région de la Touraine. A cette époque, la France était encore en période de changement, la lignée des aristrocrates, dont je faisais parti, continuait à se désagréger pour complètement disparaitre.

Seuls quelques jeunescomtes ou autres subsitaient en s'adaptant à la nouvelle société de consommation qui commençait à apparaitre. Ceux-ci avait racheté une partie de petites industries, pour continuer à vivre dans le luxe. Bien sûr, nous continuions à nous plonger dans le dandyisme, bien que ce mouvement ait disparut en 1848, mais nos accoutrements respiraient cette belle époque.

Pour ma part, je passais mesnuits avec mes jeunes compagnons à élaborer des plans pour l'avenir, comme s'enfuir loin de cette soi disant République Française décadente pour aller vivre dans les îles merveilleuses du Pacifique, remplies de femmes aux seins nus et de coquillages nacrés, ou dans les villes arabes, dans les sérails aux épouses parées de centaines de bijoux dans un décor des milles et une nuits.

Nos espritsvagabondaient au fil des romans et des poèmes que nous lisions. Nous nous rendions souvent dans les salons littéraires, de ce fait, goûtant ainsi aux diverses drogues que nos comparses consommaient goûluement.

Notre groupe se constituait de cinq personnes. Teru, le plus jeune de notre groupe, vivait non loin de notre cher professeur en âme, Honoré de Balzac, dans un manoir au bord de l'Indre, à lasortie de Saché. Son père était un des cousins éloignés du grand auteur, justement. Mais ce dernier évitait de cottoyer sa famille, de près ou de loin, et ainsi de les recevoir chez lui.

Jasmine You sortait depuis quelques mois d'un couvent. Aussi fut-il étrange qu'un jeune homme soit enfermé dans ce lieu saint, ses parents, récemment convertis à la sainte religion du christianisme, avaientdécidé de convertir de gré ou de force leur fils unique. En effet, Jasmine You n'était pas aussi fervent catholique que ses parents, et c'était lui qui était précédait à nos déboires sur les femmes orientales, puisqu'il était originaire de ce doux pays.

Yuki était le plus introverti de notre groupe. Il ne parlait que très peu, et quand il s'apprêtait à nous faire partager ses idées, c'étaitgénéralement pour nous gratifier de répliques aussi cinglantes que possible.
Yuki était un excellent tireur au pistolet, et grand dévoreur de livres. C'était lui qui nous fournissait les perles que nous feuilletions à longueur de journée. Il avait un frère jumeau qui lui ressemblait comme deux gouttes d'eau. Seule leur couleur de cheveux différait. Yuki avait une chevelure noir de corbeau, alors queJuka, son frère, était blond comme les blés.
Ce dernier ne se joignait que très peu de fois à nos réunions, préférant l'isolation à nos élucubrations fantaisistes, mais il était très proche d'un autre membre de notre groupe, Hizaki.

Hizaki était de loin la plus énigmatique des créatures que nous connaissions. Officiellement, d'après Teru, son frère, Hizaki était un homme, mais son corps etsa voix de femme laissaient penser à tout le contraire. Il dégageait une aura très puissante, ayant une prestance qui faisait fuir la plupart des gens qui pouvait le cotoyer. Ainsi, peu de gens connaissaient sa vrai nature.
Ce fut sans doute cet attrait, cette différence avec les autres personnes que j'eus pu connaître à cette époque qui m'attira à lui et qui me poussa à explorer son être....
tracking img