Comentario en frances micromegas

Solo disponible en BuenasTareas
  • Páginas : 2 (492 palabras )
  • Descarga(s) : 0
  • Publicado : 4 de febrero de 2012
Leer documento completo
Vista previa del texto
Sujets du texte :

Les sciences sont sans effet sur la population ;
Satire du genre humain en général, satire des vices humains (une satire traitée avec humour et ironie : le personnage estgigantesque vs. personnages à taille humaine ; contraste micro / megas : Voltaire associe ces deux termes qui signifient petit et grand) ;
Un tableau très sombre, presque pathétique, de l’humanité.Présence d’un pathos ponctuel contrebalancé par l’ironie et l’humour.
On peut observer deux mouvements dans notre texte :

Premier malentendu : le géant surestime l’humanité ;
Deuxième malentendu : ilsurestime aussi les savants. Micromégas est en effet détrompé par les savants : la guerre est une réalité permanente, la science des savants s’avère inutile pour l’humanité. Cette science est d’ailleursmoins importante que Micromégas ne le croit.
Axes de lecture :

Voltaire utilise le regard excentré d’un observateur étranger pour juger l’homme d’un point de vue extérieur, neuf ;
Il utilise desressorts comiques pour donner un aspect mordant au conte : malentendus et disproportions.
Dans le détail :

« Atomes intelligents » est oxymorique.
« Être éternel » désigne Dieu, indépendamment detoute croyance culturelle.
Série d’intensifs et hyperbole : « vous devez passer votre vie à aimer et à penser » → éloge disproportionné de Micromégas à l’égard de l’humanité. La vérité vient en faitd’une juste observation du réel.
Micromégas raisonne mal :
il conclut que l’échantillon est le tout alors que les savants ne sont pas à l’image de l’humanité tout entière ;
moins il y a dematière, plus il y a d’intelligence → erreur de jugement : les hommes, minuscules par rapport à Micromégas, peuvent être stupides.
« Assemblage de fous, de méchants et de malheureux » : Voltaire s’oppose àRousseau en ce sens qu’il croit que l’homme est foncièrement mauvais. La question crée un débat : le mal vient-il de la matière ou de l’esprit ? Pour Voltaire, c’est un faux débat.
Voltaire prend...
tracking img