Les comptines

Solo disponible en BuenasTareas
  • Páginas : 7 (1661 palabras )
  • Descarga(s) : 0
  • Publicado : 28 de noviembre de 2010
Leer documento completo
Vista previa del texto
[pic]

Les comptines Françaises

Rondes et comptines constituent une approche enfantine du langage parlé. Cette approche se traduit principalement par la créativité verbale sous forme de jeu de mots et de rimes évoquant des situations insolites ou burlesques. Alors que les paroles des comptines ont en général un sens tout à fait innocent, nombre de comptines appartenant à la traditioneuropéenne contiendraient des allusions à des évènements historiques (Le Roi, la Reine et le p'tit prince, ou Dansons la Capucine) ou seraient à l'origine des satires sociales ou politiques (Balottant d'la queue et grignottant des dents, ou La Carmagnole). D'autres encore renfermeraient un contenu libertin dont le sens n'est toutefois pas toujours décryptable (par exemple Au clair de la lune, [pic] oubien Il court, il court, le furet dont le titre est une contrepèterie).
Les comptines correspondent souvent à des formules magiques anciennes, remontant à époque où les nombres étaient craints pour leur signification mystique (comme de nos jours la superstition associée au nombre 13). Plutôt que de prononcer les nombres, on préférait réciter une litanie qui permettait de dénombrer des êtres chers oules bêtes d'un troupeau tout en écartant le mauvais sort.
Les comptines consistent le plus souvent en un enchaînement de syllabes rythmées servant à compter les temps d'un jeu ou à opérer un choix parmi un ensemble de personnes ou d'objets.
Elles bercent les premiers sommeils des enfants, rythment ses premiers gestes et les harmonisent en jeu ("Ainsi font, font, font..."), lui apprennent àinspecter et à reconnaître ses mains, ses doigts ou les diverses parties de son visage, le font rire quand il pleure. Cette énumération ne donne qu’une idée bien insuffisante de la variété des formulettes et de la diversité de leurs fonctions. Il en existe pour toutes les circonstances de la vie, la faim et la soif, la colère et l’ennui et aussi pour le besoin de s’enivrer de mots, lesquels ne sontpas pour autant de simples jongleries verbales car une phrase apparemment sans aucun sens pour un adulte peut en avoir un pour un enfant et contenir des associations d’idées, des comparaisons, des jugements négatifs, des prises de conscience qui contribuent à son développement : "Quand j’étais petit, je n’étais pas grand..."

Les comptines, qui représentent une sorte de sacralisation dans lerituel du jeu, sont universelles. La plupart sont anonymes, et elles sont presque toujours très anciennes. Si une comptine donnée peut enregistrer des variantes régionales, par contre, pour les enfants qui l’utilisent, le texte d’une comptine est intangible, que ce soit dans sa durée ou dans sa constante répétition. Les folkloristes distinguent, par commodité, plusieurs catégories de comptines :comptines numériques, utilisant des chiffres allant jusqu’à quatre ou jusqu’à douze ("Un, c’est
pour toi la prune, deux, c’est pour toi les oeufs, trois, c’est pour toi la noix, quatre, c’est pour toi la claque !" ou bien "Un, deux, trois, j’irai dans les bois...", etc.) ;
comptines comportant une injonction de sortie : la comptée se termine par un ordre comme : "Va-t’ en" ou "Sors dehors" ;comptines au texte altéré par des jeux phonétiques, des allitérations, au point d’en être presque incompréhensible, comme le très célèbre "Am-stramgram..."
; comptines narratives où réapparaissent, au fil d’une histoire cocasse, des éléments historiques
(permettant alors de les dater) ou religieux ; mise en scène à la fois poétique et absurde d’animaux, qui
deviennent tout naïvement fantastique,comme cette souris verte qui courait dans l’herbe, ce petit cochon pendu au plafond et qui pond des oeufs, ou des araignées qui chantent le dimanche.
De nombreux poètes ont d’ailleurs voulu apporter à ce domaine magique et sérieux de nonsense enfantin leurs contributions d’adulte ; parmi eux, on retiendra, notamment, Paul Fort, Apollinaire, Max Jacob, Robert Desnos, Jacques Prévert, Philippe...
tracking img