Autrui

Solo disponible en BuenasTareas
  • Páginas : 10 (2361 palabras )
  • Descarga(s) : 0
  • Publicado : 23 de noviembre de 2011
Leer documento completo
Vista previa del texto
Autrui

Autrui est toujours là, la solitude est un état second construit par choix. Autrui est celui qui est comme moi sans être moi. Dans cette première définition c’est encore de moi dont il est question comme si je ne pouvais définir les autres qu’à partir de moi en neutralisant l’altérité (c’est le fait d’être confronter à une autre conscience différente de la mienne). Dans des métaphorescomme celle des « proches » ou du « cercle de l’entourage », je suis au centre et l’autre est périphérique.

En sommes nous réduit à penser autrui en partant de nous même ou bien est ce qu’autrui m’impose l’épreuve de la différence ?
Comment approcher, apprivoiser cette différence constitutive d’autrui sans la nier ?

I- Conflit : évitement de l’altérité ou confrontation formatrice ?
1)La différence discréditée : autrui, un irréductible étranger

* Ethnocentrisme: juger les autres cultures à partir de sa propre culture
Selon Lévi Strauss, il existe 3 formes d’ethnocentrisme :

* Refuser l’idée même que les autres ont une culture. « le barbare c’est d’abord celui qui croit à la barbarie ». Cela signifie que celui qui est immoral, indigne de l’humanité c’est celui quicroit qu’il existe des hommes sans culture.

* L’évolutionnisme, c’est une façon d’interpréter la diversité culturelle sans véritablement la reconnaitre. En effet, on considère qu’il y a un seul modèle de développement et que certaines cultures sont plus ou moins avancées.

Certaines cultures vont donc être ramenées au stade de l’enfance et être considérées comme arriérées. Il s’agitdonc d’une forme d’ethnocentrisme puisqu’on se représente le développement de l’humanité à partir de l’histoire de sa propre culture. Par exemple, les sociétés sans état ne sont pas des sociétés destinées à instituer une structure étatique dans le futur, le croire c’est finalement analyser ses sociétés a partir du fonctionnement de notre propre société.

* Croire à une histoire à deux vitessesest aussi une forme d’ethnocentrisme.

Levi Strauss nous explique d’où provient cette illusion. L’impression d’immobilisme nait lorsqu’une culture se développe selon des critères qui ne signifient rien pour nous. On ne les remarquera pas et nous seront incapables de quantifiées les évolutions. Par exemple, l’homme occidental a tendance à considérer que plus une société est développétechniquement, plus elle est avancée. Mais en choisissant d’autres critères les classements seraient bouleversés.

Points communs: On court-circuite le véritable travail de comparaison parce qu’on juge au lieu d’essayer de comprendre. On ne tente pas définir la logique de l’autre dans ce qu’elle a de spécifique. Cela nécessiterai un travail de décentrement de soi c'est-à-dire qu’on abandonne nos propresréférences pour s’ouvrir à d’autres. Sans cette capacité la différence ne peut être qu’au mieux tolérée et non apprivoisée.

Cette difficulté à se décentrer se retrouve aussi dans les relations que nous avons avec les membres de notre société ou avec nos proches. Là encore en dévalorisant ce qui est différent et qui échappe à notre compréhension nous refusons de penser la différence.
Figure del’anormalité : le fou (on l’exile dans un asile), l’artiste (on le met a la marge) et le délinquant (on l’enferme).

A chaque fois, l’autre est mis à distance et peut être perçu comme un danger dont il faut se protéger. Il est étiqueter mais il n’est pas encore compris. Nous pourrions nous demander si cette mise à distance de cette étrangeté n’est pas aussi une façon de vouloir s’éloigner desparts obscures que nous pouvons pressentir en nous. Nous voyons ici qu’il y a deux façons de manquer l’altérité : Réduire l’autre au même (nous somme « normaux », on se comprend, on partage les mêmes valeurs, même culture). L’autre est notre semblable.
-Ne voir dans l’autre que l’étrange.
Hors l’altérité est ce qui ce construit entre le même et l’autre. Il y a quelque chose à comprendre et à...
tracking img