Filosofía del arte, kandinsky

Solo disponible en BuenasTareas
  • Páginas : 8 (1922 palabras )
  • Descarga(s) : 7
  • Publicado : 16 de agosto de 2010
Leer documento completo
Vista previa del texto
Une approximation à le « Paysage à la tour » de Kandinsky

Le statut problématique de l’image

La histoire de la peinture est une joue de changements structurels à traves desquels on peut reconstruire une histoire du sujet. Dans toute situation iconique, c’est-à-dire, dans toute relation entre tableau et spectateur, s’y établit un rapport performatif par lequel tous les deux se construisentmutuellement. C’est ainsi que, normalement, on dit que tout tableau où tout peintre est fils de son époque. Et, d’autre part, c’est aussi une des raisons pour lesquelles on étude l’art d’un époque pour saisir son caractère.

Cependant, les choses ne sont pas si simples. D’un côté, on dit aussi que certains peintres s’avancèrent à son époque. C’est, par exemple, la cas de Van Gogh, qui ne futpas reconnu par ses contemporaines, mais qui aujourd’hui est considéré comme un des grands maitres de la histoire de la peinture occidentale. De l’autre, tout regard historique est déjà et toujours une (re)connaissance médiatisée par des structures de la pensée présentes dans toute société déterminée qui limitent à la fois que font possible tout rapport aux autres, soient contemporaines ou d’untemps prétérit. C’est ainsi qu’il ne peut avoir une compréhension neutre du passé.

Dans l’analyse de la peinture il s’ajoute encore un autre problème à noter. Il s’agit de la différence eidétique entre image et discours. Selon Aristote, la théorie ne peut être effectuée sans rapport à la phantasie, à la imagination. Or, tandis que la imagination reste nécessairement liée au corps, à lasensibilité, par contre, l’intellection se réfère aux objets abstraits, voir incorporels. Ainsi donc, si bien la pensée ne peut s’élaborer que en rapport à l’image, celle-ci n’est pas réductible à l’objectivité discursive. Or, si bien dans la philosophie d’Aristote on trouve déjà la question sur le statut problématique de l’image, la philosophie grecque ancienne représente le début du primat del’intellection sur l’imagination.

À la fin du XIXe siècle et au début du XXe, la phénoménologie et, âpres, la sémiotique critiquent l’hégémonie de la logique discursive sur l’imagination et la sensibilité, redonnant à l’image une force productive auparavant mise entre parenthèse. L’image laisse d’être rapportée à une raison d’être transcendante et, en plus, elle devienne un phénomène privilégié de productionde sens.

Considérations méthodologiques

Avec tout cella, s’ouvre la question de comment construire une théorie de l’image qui tient compte le statut problématique de l’image. Il s’agit de trouver une façon de parler de l’image que sans pouvoir être exhaustive, sans réduire l’image au discours, soit le plus objective possible.

Donc bien, nous allons à baser l’analyse de la peinture deKandinsky sur une méthode phénoménologique d’analyse. Cette chois réponde à différents critères énumérables :

Premier ; il nous paraît que : tant l’ouvre picturale comme théorique de Kandinsky, et notamment son ouvrage du 1910, Du spirituel dans l’art, et la peinture en particulière, peut être éclairer sous une perspective phénoménologique.

Deuxième ; une théorie phénoménologique de l’imageconsidère la sensibilité et l’imagination comme deux capacités cognitives dans tout acte de perception comme est celui de l’expérience esthétique, intrinsèquement liée à celles-là.

Troisième ; sous une perspective phénoménologique l’image (ou le tableau) cesse d’être considérée un simple support matériel, pour devenir un phénomène de production de signification.

Quatrième ; en partant del’image comme phénomène, l’analyse phénoménologique nous empêche de réduire celle-ci à un objet compris d’une fois par toutes et indépendant de la position du spectateur.

Un analyse de : Paysage à la tour, Kandinsky, 1908

[pic]

D’abord, ce qui c’est frappant dans ce tableauc’est le jeu des formes colorées qui domine la représentation ; qui prime sur la représentation « objective » de la...
tracking img