Hiphop

Solo disponible en BuenasTareas
  • Páginas : 12 (2863 palabras )
  • Descarga(s) : 0
  • Publicado : 22 de marzo de 2011
Leer documento completo
Vista previa del texto
Manifeste d’un squat

par Anonyme

RéAPPROPRIATION de l’ESPACE

L’espace, c’est fichtrement important. Essentiel pour se loger : un toit et quatre murs pour s’abriter, un sol pour poser son lit, ses meubles... Essentiel pour mener une activité : de la place pour un bureau ou un chevalet, de la place comme matériau de base, préalable à toute utilisation ou entrepôt de matériel plussophistiqué, de la place comme support de toute création, de tout projet.

On mure des espaces vides ! D’un côté il y a des tas de personnes qui veulent survivre ou vivre mieux, créer ou agir, et pour qui l’espace est ultra-précieux, des tas d’assos qui languissent sur la liste d’attente de la Maison des Associations, des tas d’artistes sans atelier, de groupes sans local de répète, de troupes sansplanches. De l’autre, il y a des tas d’espaces, abandonnés, évidés, barricadés, qui pourrissent lentement derrière les bas-côtés. Le pire, c’est que leur vacuité est soigneusement entretenue et protégée ! Afin de satisfaire les logiques pas franchement humaines du marché (spéculation, lointains projets pharaoniques...) ou des grosses machines étatiques (hésitations, lenteurs de l’administration...).Donc voilà, le paradoxe est trop gros pour que l’on ait des scrupules à contrarier ces logiques et à leur préférer des maisons pleines de gens, de projets et d’étincelles.

L’espace, mort ou vif ? Il y a des béances au milieu des villes... Des arpents silencieux, endormis ou défunts, des cadavres. Des mètres et des mètres carrés que les décideurs économiques ou politiques ont laissés de côté. Nousnous glissons dans ces vides intermédiaires, interstitiels, nous les animons tant qu’ils ne sont pas réintégrés dans les rouages de notre société, et tant que nous ne trouverons pas notre zone d’autonomie permanente. Nous maintenons en vie à la fois des envies, des canevas, des idées, et des espaces. Nous permettons à nos voisin-e-s d’ouvrir leurs volets non plus sur des friches, mais sur desvisages, des voix et des couleurs.

L’espace habité à fond. Pas d’état des lieux dans un squat. Aucune objection à l’abattage de cloisons, à la pose de rampes, d’éoliennes, de gargouilles, de planchers vallonnés, de cours d’eau suspendus et de corridors en spirale. Finis les édifices identiques, les dimensions standard, les règles anguleuses de lointains propriétaires, vive les maisons qui suintentet qui bourdonnent, les maisons façonnées par ceux et celles qui les vivent. Habiter ne veut plus dire avoir juste un cadre pour nos préoccupations routinières et nos repos journaliers, mais répandre dans notre environnement immédiat le contenu fastueux de nos imaginaires, de nos cœurs et de nos caractères. Pour que ce droit ne soit plus réservé aux gens qui ont assez de briques dans leur boursepour devenir proprios. Et pour que la ville entière devienne un musée habité.
RéAPPROPRIATION DU TEMPS

Ne pas payer de loyer. Le loyer engloutit une fraction énorme de nos dépenses, de nos revenus, de notre temps. Nous refusons d’abandonner une telle part d’existence à des gens qui vivent en spéculant. Nous refusons de payer pour un droit qui devrait être inconditionnel, le droit au logement,le droit à l’espace, surtout dans une ville qui regorge de bâtiments vides.

La société marchande : c’est elle que nous vantent les gens au-dessus de nous, les gens qui nous promettent la réalisation de soi dans le travail et le bonheur dans la consommation, les gens qui ne voient de meilleur monde que celui des courses à la croissance, aveugles et effrénées, où l’on produit pour que d’autrespuissent consommer, et où l’on consomme pour que d’autres puissent avoir de quoi produire. Comment peut-on imaginer se réaliser pleinement dans un travail soumis aux lois de supérieurs hiérarchiques et aux objectifs marchands, peu variés, de rentabilité, roublardise et compétition, une activité qui monopolise notre énergie 7 heures de nos journées et 40 années de nos vies, et qui au bout du compte...
tracking img