La crisis de la conciencia europea (francés)

Solo disponible en BuenasTareas
  • Páginas : 694 (173357 palabras )
  • Descarga(s) : 0
  • Publicado : 3 de enero de 2011
Leer documento completo
Vista previa del texto
Paul HAZARD
(1878 -1944)

La crise de la conscience européenne
1680 — 1715

Un document produit en version numérique par Pierre Palpant, collaborateur bénévole, Courriel : ppalpantuqac.ca Dans le cadre de la collection : “ Les classiques des sciences sociales ” dirigée et fondée par Jean-Marie Tremblay, professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi Site web : http ://www.uqac.ca/Classiques_des_sciences_sociales/ Une collection développée en collaboration avec la Bibliothèque Paul -Émile Boulet de l’Université du Québec à Chicoutimi Site web : http : //bibliotheque.uqac.ca/

Paul Hazard — La crise de la conscience européenne

2

Un document produit en version numérique par Pierre Palpant, collaborateur bénévole, Courriel : ppalpantuqac.ca

à partir de :

LA CRISE DELA CONSCIENCE EUROPÉENNE
de Paul HAZARD (1878 - 1944)
Le livre de Poche, collection références, Paris, 1994, 444 pages. 1e édition : Boivin et Cie, Paris, 1935. Polices de caractères utilisée : Times, 12 et 10 points. Mise en page sur papier format LETTRE (US letter), 8.5 x 11’’ Édition complétée le 15 août 2005 à Chicoutimi, Québec.

Paul Hazard — La crise de la conscience européenne

3TABLE

DES

MATIÈRES

Table des matières analytique — Index de noms

[css : table succinte pour liens : Préface PREMIÈRE PARTIE : Les grands changements psychologiques I. De la stabilité au mouvement. — II. De l’ancien au moderne. — III. Du midi au nord. — IV. Hétérodoxie. — V. Pierre Bayle DEUXIÈME PARTIE : Contre les croyances traditionnelles I. Les rationaux. — II. La négation dumiracle, les comètes, les oracles et les sorciers. — III. Richard Simon et l’exégèse biblique . — IV. Bossuet et ses combats. — V. Leibniz et la faillite de l’union des églises . TROISIÈME PARTIE : Essai de reconstruction I. L’empirisme de Locke . — II. Le déisme et la religion naturelle. — III. Le droit naturel. — IV. La morale sociale. — V. Le bonheur sur la terre. — VI. La science et le progrès. —VII. Vers un nouveau modèle d’humanité . QUATRIÈME PARTIE : Les valeurs imaginatives et sensibles I. Une époque sans poésie. — II. Le pittoresque de la vie. — III. Le rire et les larmes. Le triomphe de l’opéra . — IV. Les éléments nationaux, populaires, instinctifs. — V. La psychologie de l’inquiétude, l’esthétique du sentiment, la métaphysique de la substance, et la science nouvelle. — VI.Ferveurs CONCLUSION ]

Paul Hazard — La crise de la conscience européenne

4

PRÉFACE
Quel contraste ! quel brusque passage ! La hiérarchie, la discipline, l’ordre que l’autorité se charge d’assurer, les dogmes qui règlent fermement la vie : voilà ce qu’aimaient les hommes du dix-septième siècle. Les contraintes, l’autorité, les dogmes, voilà ce que détestent les hommes du dixhuitième siècle,leurs successeurs immédiats. Les premiers sont chrétiens, et les autres antichrétiens ; les premiers croient au droit divin, et les autres au droit naturel ; les premiers vivent à l’aise dans une société qui se divise en classes inégales, les seconds ne rêvent qu’égalité. Certes, les fils chicanent volontiers les pères, s’imaginant qu’ils vont refaire un monde qui n’attendait qu’eux pour devenirmeilleur : mais les remous qui agitent les générations successives ne suffisent pas à expliquer un changement si rapide et si décisif. La majorité des Français pensait comme Bossuet ; tout d’un coup, les Français pensent comme Voltaire : c’est une révolution. Pour savoir comment elle s’est opérée, nous nous sommes engagés dans des terres mal connues. On étudiait beaucoup le dix-septième siècle,autrefois ; on étudie beaucoup le dix-huitième siècle, aujourd’hui. A leurs confins s’étend une zone incertaine, malaisée, où l’on peut espérer encore découvertes et aventures. Nous l’avons parcourue, choisissant pour la borner deux dates non rigoureuses : d’une part, les environs de 1680, et d’autre part, 1715. Nous y avons rencontré Spinoza, dont l’influence commençait de s’y faire sentir ;...
tracking img