Moscou sous lénine

Solo disponible en BuenasTareas
  • Páginas : 375 (93540 palabras )
  • Descarga(s) : 0
  • Publicado : 22 de marzo de 2011
Leer documento completo
Vista previa del texto
Alfred Rosmer

Moscou sous Lénine
Les origines du communisme

Préface par Albert CAMUS

Première édition 1953 Juillet 2000 - www.marxists.org

2 Alfred Rosmer : Moscou sous Lénine (1953)

Du même auteur

Le mouvement ouvrier pendant la guerre I. - De l’union sacrée à Zimmerwald (Librairie du Travail, Paris, 1936). II. - De Zimmerwald à la Révolution russe (en préparation). THEY DIDNOT FIGHT (en collaboration) (Gobden Sanderson, Londres, 1937). LE CENTENAIRE DU “ DOUANIER ” ROUSSEAU, essai (Arts Quarterly, Detroit, 1944).

2 / 129

3 Alfred Rosmer : Moscou sous Lénine (1953)

PREFACE
C’est un des paradoxes de ce temps sans mémoire qu’il me faille aujourd’hui présenter Alfred Rosmer alors que le contraire serait plus décent. À cet égard, il suffira peut-être de direque Rosmer, avec quelques autres qui refusèrent en 1914 la palinodie de la 2e Internationale, est un des rares militants qui, en quarante années de lutte, aient conservé le respect et l’amitié de tous ceux qui savent combien rapidement s’effondrent les convictions les plus fermes sous la pression des événements. Syndicaliste avant la première guerre mondiale, révolté en 1914 par le reniement deschefs ouvriers de l’Occident, rallié à la révolution de 17, puis opposant à la réaction stalinienne et dévoué désormais à la longue et difficile renaissance du syndicalisme, Rosmer, dans des temps tortueux, a suivi une voie droite, à égale distance du désespoir qui finit par vouloir sa propre servitude et du découragement qui tolère la servitude d’autrui. C’est ainsi qu’il n’a rien renié de ce qu’ila toujours cru. On s’en apercevra en lisant A MOSCOU, AU TEMPS DE LENINE. “ Je dirai simplement : j’étais là, c’était ainsi ”. Voilà le ton de ce témoignage qui risque de décevoir les amateurs de feuilletons historiques. Où était Rosmer ? En Russie, et principalement à Moscou et à Léningrad, après la révolution d’octobre et avant la mort de Lénine. Temps superbes où le monde semblait recommencer,l’histoire commencer enfin sur les ruines d’un empire ! Même des hommes qui, à un autre bout du monde, souffraient toujours d’oppression, se crurent alors libérés et pensèrent toucher à ce que Liebnecht appelait les portes du ciel. Mais Rosmer témoigne de ce temps à sa manière, au jour le jour, sans aucun romantisme. Les révolutions se font aussi à coups de réunions, dans l’ingrat labeur descomités et des congrès. Rosmer assistait à quelques -uns de ces congrès historiques dont il parle ici comme s’il s’agissait de ces tranquilles assises où les techniciens d’une profession mettent en commun leurs connaissances. Une brochure paraît qui fait du bruit, pendant qu’il est à Moscou, et il la résume en indiquant seulement qu’il s’agit de la “ Maladie infantile du communisme ” et que cettebrochure de Lénine contient les germes d’une autre maladie qui, sous le nom de tactique, ou de manœuvre, fera ses ravages chez les militants moins armés que Lénine. De même les assises dont il rend compte comme d’un événement quotidien sont celles du 3e congrès de l’Internationale où Lénine, annonçant la N.E.P., déclare que le capitalisme d’Etat est l’antichambre du socialisme, et renverse peut-êtrepar là le cours de l’histoire révolutionnaire, et de notre histoire. La guerre civile, la lutte de la révolution russe contre sa propre solitude, Cronstadt, le procès des socialistes -révolutionnaires, la mort de Lénine, et les testaments accusateurs qu’il laisse derrière lui, sont les prodigieux événements que Rosmer relate ici sur le ton du rapport avant de conclure par une condamnation, mesuréede ton mais définitive, de la dictature stalinienne. Pas une seule fois, le témoin n’élève la voix. Mais, peut-être, si ses convictions ont survécu à tant de déceptions, c’est qu’elles avaient cette tranquille constance qui n’a pas besoin de cris pour affirmer sa force. L’homme qui adhéra sans réserves à la grande expérience dont il parle dans ce livre, qui sut aussi reconnaître sa perversion,...
tracking img