Sur "la photo tremblée et le cinéma suspendu"

Solo disponible en BuenasTareas
  • Páginas : 7 (1543 palabras )
  • Descarga(s) : 0
  • Publicado : 13 de enero de 2011
Leer documento completo
Vista previa del texto
Sur « La photo tremblée et le cinéma suspendu » de Philippe Dubois.

La note de lecture présentée ici se porte sur le texte La photo tremblée et le cinéma suspendu écrit par Philippe Dubois et publié dans la revue La recherche photographique en décembre de 1987 à l’occasion d’un numéro dédié au rapport entre le cinéma et la photographie. Si bien la plupart du contenu de cette publicationtraite ce rapport d’une façon relativement « puriste », en parlant surtout de la photographie de tournages et son rapport avec le film même, la raison du choix du texte de Dubois est l’idée transversale de ce deux mediums qu’il nous montre dans son texte, et qui est très bien exprimée dans le titre même. À la fin des années quatre-vingt, différents auteurs ont parlé du rapport cinéma/photo, mais j’aitrouvé ce texte spécialement claire, précise et structuré, tandis que d’autres comme le chapitre Comme un photogramme d’un film quelconque du livre Habiter l’image de Regis Durand, étaient plutôt des textes critiques sur certains artistes ou concepts utilisés dans l’image. Même si le texte de Durand ne manque pas d'intérêt, celui de Dubois nous parle ici d’une façon plus générale des effetsphotographiques dans le cinéma vice-versa, en montrant un éventail de possibilités.

Dans les premières lignes, le texte nous parle d’un certain « métissage » des médiums artistiques qui était de plus en plus croissant dans les années quatre-vingt et qui a empêché l'auteur de voir chacune des disciplines (peinture, vidéo, sculpture, etc.) comme autosuffisant, autonome et séparée des autres par sesnormes techniques, pour favoriser son entrecroisement et son influence multiple les unes envers les autres.
Cette introduction nous mène à la première partie du texte où il explique son propos et énumère une série de possibles traitements du rapport photographie/cinéma dont il va écarter au fur et à mesure pour arriver à un sujet plus cerné et précis du texte. Le titre de ce chapitre est Unregard stéréoscopique, métaphore utilisée pour lui pour exprimer l’idée transversale du rapport entre la photographie et le cinéma qui fonctionne comme la stéréo, c’est-à-dire que chacun d’un côté partage « analogies et décalages » qui au même temps les constituent. Évident ment, il ne parle pas de toute la photographie et tout le cinéma, mais seulement d’une part de ces deux.
Le texte est diviséen deux grandes parties : La photo tremblée où la photo fait du cinéma, qui ne traite pas seulement l’influence du cinéma dans l’image fixe, mais de l’influence de certaines formes et effets cinématographiques au moment de concevoir et lire une photographie. Par ailleurs, le cinéma suspendu où le cinéma fait de la photo est centré dans le champ du cinéma travaillé par des effets photographiques.Tous les deux cas ne sont pas du tout exclusifs et fermés.
Nous arrivons à La photo fait du cinéma (ou la photo tremblée). Philippe Dubois développe ici quatre catégories principales, la première desquels est la photo de film: La photo de tournage, qui nous montre la scène entourée par le dispositif du cinéma (les décors, cameras, techniciens), la photo de plateau qui comporte une « re-mise » enscène dans l’image, la photo de star où, comme dit Edgar Morin1, « il n’y à pas de distance entre la star et la photo, l’un est l’autre comme par osmose ». Et enfin le photogramme, qui est le sens même du cinéma.
La seconde catégorie est celle des photos qui font référence au monde ou l’imaginaire du cinéma, notamment à travers les mises en scène. L’exemple le plus connu est celui du travailFilm stills de Cindy Sherman, où elle se déguise en différents rôles féminins devenus stéréotypes à travers le cinéma.
La troisième fait référence aux travaux photographiques où l’inspiration cinématographique est de caractère plutôt formel, c’est-à-dire qui travaillent sur le mouvement et le temps dans la photographie, et cela se traduit en l’utilisation du flou et du bougé.
La dernière...
tracking img