Estudiantte

Solo disponible en BuenasTareas
  • Páginas : 4 (782 palabras )
  • Descarga(s) : 0
  • Publicado : 12 de septiembre de 2012
Leer documento completo
Vista previa del texto
jessica lorena murcia


La principale cause de la Révolution a été l’excès de l’inégalité.
Il y a deux sortes d’inégalités parmi les hommes : les unes naturelles, telles que l’âge, la santé,l’intelligence, la vertu, etc. ; les autres artificielles et arbitraires, telles que l’exemption d’impôts, le droit exclusif à certaines fonctions, etc.
L’ancien régime reposait sur d’innombrablesinégalités de cette seconde classe.
La nation était divisée en trois classes ou ordres : la noblesse, le clergé et le tiers état.
La noblesse et le clergé ne contribuaient à l’impôt que dans une mesureinégale et insuffisante.
Le principal poids des charges publiques portait sur le tiers état, particulièrement sur les paysans.
Le clergé n’était tenu qu’à des dons gratuits qu’il fixait lui-mêmearbitrairement. La noblesse payait la capitation ou impôt par tête, plus ce qu’on appelait l’impôt du vingtième, établi sous Louis XV par le contrôleur général Machault. Mais le tiers état payait lui-même cesdeux sortes d’impôts, et de plus il payait seul la taille, qui était pour le Trésor la principale source de ses revenus.
Outre la taille, le peuple des campagnes était encore soumis à la corvée « Lacorvée était l’obligation de donner gratuitement plusieurs jours de travail pour l’entretien des routes. ». De là l’expression célèbre de gent taillable et corvéable à merci, par laquelle le tiers étatavait été longtemps qualifié.
La noblesse, outre le privilège d’être exempte de la taille, avait encore celui de pouvoir s’élever seule aux grades militaires.
Dans la plupart des provinces, lesdroits territoriaux passaient de mâle en mâle par droit d’aînesse, et les sentiments naturels de la famille recevaient par cette inégalité de graves atteintes.
Le clergé prélevait sur le produit desterres une partie, appelée dîme ou dixième, et jouissait d’immenses propriétés, dites biens de mainmorte, biens incommutables et inaliénables, qui étaient soustraits à la libre circulation.
Non...
tracking img