Romance de luna luna

Solo disponible en BuenasTareas
  • Páginas : 15 (3524 palabras )
  • Descarga(s) : 0
  • Publicado : 10 de noviembre de 2010
Leer documento completo
Vista previa del texto
Romance de la Luna, Luna, Luna es una poesía narrativa en octosílabos escrita en 1928 por Federico García Lorca. Cuenta el encuentro entre un niño solo y con la Luna pura, sensual y obscena. La Luna baila para seducir a un niño gitano solo como si fuera una bailadora gitana... Lo que llama la atención en esta poesía, es la cohabitación entre un mundo gitano y un universo lunar. La Luna escriminal: se disfraza en una bailadora gitana para llevarse el niño por el cielo... Los gitanos se quedaron impotentes frente a los poderes sobrenaturales de la Luna. El universo de la Luna es una singular mezcla de maternidad, de cariño, y también de perversidad (...)

Le Romance gitano de la luna, luna de los gitanos, le plus connu des livres de Lorca. Dès le début se trouvent étroitement liés " lomitológico gitano con lo puramente vulgar de los días presentes ".

Une forge, pour décor et pour l'aspect de la vie courante.

La lune personnifiée en dame du temps jadis, avec son vertugadin de nard, couleur blanche, odeur enivrante et saveur amère.

Polisón – vertugadin en français: bourrelet de tissus autour des hanches pour faire bouffer, remonter, les robes.

Nard : plante parfuméerencontrée dans les montagnes de l'Himalaya en Inde et dont l'huile, dite sacrée, a un prix très élevé. Dans la bible, Marie Madeleine en parfuma les pieds de Jésus pour symboliser sa mort prochaine, car on embaumait le corps des morts, rois et prêtres, avec cette huile pour leur préservation.

La soudaineté de l'étrange apparition de la dame (la lune), explique l'attirance exercée sur le jeuneGitan et est soulignée par l'usage répété du verbe " mirar ":

La luna vino a la fragua
con su polisón de nardos.
El niño la mira, mira.
El niño la está mirando.

La lune vint à la forge
Avec sa robe de nards.
L'enfant, la regarde, la regarde.
L'enfant la contemple.

Mais, l'effet de surprise n'étant sans doute pas jugé suffisant, la divinité sélénique (de la lune, les séléniens étantses habitants – vient du grec, la déesse Séléné) entreprend une danse magique où la séduction joue un rôle essentiel. On associe à la lune la nature métallique (étain – métal blanc argenté), soulignée par la couleur blanc argenté dans « ses seins de dure étain ».

En el aire conmovido
mueve la luna sus brazos
y enseña, lúbrica y pura,
sus senos de duro estaño.

Dans la brise qui s'émeutLa lune bouge ses bras
Dévoilant, impudique et pure,
Ses seins d' étain dur.

Dans cette atmosphère calme soudainement troublée (" aire conmovido "), commence un dialogue étrange mais cependant très clair. L'enfant refuse de se laisser " séduire " et essaie de faire fuir sa belle tentatrice en l'effrayant :

Huye luna, luna, luna.
Si vinieran los gitanos,
harían con tu corazón
collares yanillos blancos.

- Fuis lune, lune, lune.
Si les gitans venaient,
Ils feraient avec ton cœur
Colliers et bagues blancs.

Langage enfantin, mais basée sur une image de pure poésie. Les gitans, forgerons de leur état, « puniraient » de cette façon la lune, de nature métallique, en la forgeant sous forme de bagues et colliers d'étain. Et la réponse de l'astre des nuits nous permetl'identifier comme « luna-muerte », rapprochement avec le thème moyenâgeux de la « Danse macabre » - « La mort séduit et entraîne tout le monde dans sa danse ».

Les yeux clos et l'enclume (sa forme rappelle celle d'une pierre tombale) annoncent la scène finale. C'est la mort, apportée par la lune, qui est ainsi promise au jeune occupant de la forge, à travers la danse qu'elle tient à mener jusqu'à la fininévitable (premier vers de ce quatrain). :

Niño, déjame que baile.
Cuando vengan los gitanos,
te encontrarán sobre el yunque
con los ojillos cerrados.

- Enfant, laisse-moi danser.
Quand viendront les gitans,
Ils te trouveront sur l'enclume
Étendu, les yeux fermés.

Le dialogue s'accélère soudain, de par l'angoisse du gamin qui s'accroche désespérément à la vie, continuant...
tracking img