La comunidad

Solo disponible en BuenasTareas
  • Páginas : 11 (2642 palabras )
  • Descarga(s) : 0
  • Publicado : 5 de diciembre de 2010
Leer documento completo
Vista previa del texto
La Comunidad : un film d’Alex de la Iglesia.
Dossier d’accompagnement pédagogique.

Ce dossier se compose de trois grandes parties. Dans la première, sont réunis des documents d’information en espagnol sur le film (Fiche tecnique, présentation du réalisateur, critique …). Dans la seconde, on trouvera une présentation générale du film mettant en relief l’intérêt qu’il présente à être étudiéeen classe. Dans la troisième, enfin, sont proposées des fiches destinées aux élèves et permettant un travail culturel, linguistique et cinématographique. Nous espérons donc que ce dossier répondra aux attentes des professeurs et les aidera à mettre en œuvre en classe un travail de réflexion guidé.

SUMARIO : 1- Documentación para el profesor : 1.1. Resumen de la película. 1.2. El director. 1.3.Críticas. 2- A propósito de la película : La Comunidad en clase de español (ejes temáticos y pistas de reflexión). 3- Analizar la película en clase de espagnol: pistas de trabajo. 3.1. Antes de la proyección: contextualización. 3.2. Después de la proyección: actividades post-visionado.

DOCUMENTACIÓN PARA EL PROFESOR

1.1. Resumen de la película.

En un viejo edificio del centro de Madrid,Julia, una avispada vendedora de pisos, encuentra 300 millones de pesetas bajo una baldosa en la casa de un vecino fallecido. Sin embargo a Julia no le quedará más remedio que sortear la ira de toda una comunidad de vecinos dispuestos a repartirse el codiciado botín.
sta es una película de terror vecinal. Combina el suspense claustrofóbico con la acción doméstica. Contiene altas dosis de tragediahumana y mucho humor retorcido.

1.2. El director.
Le cinéma d’Alex de la Iglesia incarne, sans doute, le meilleur exemple du mélange paradoxal entre influences du cinéma américain et symbolique mythologique espagnoles.

Né à Bilbao en 1965, Alex de la Iglesia exerce tout d’abord ses talents dans la BD, ce qui lui ouvre la porte du cinéma en tant que décorateur puis directeur artistique. En1991, son court- métrage Mirindas Asesinas est remarqué par Pedro Almodóvar qui produit son premier long Acción Mutante en 1992 : à travers une approche gore satirique, il annonce le ton de ses œuvres suivantes avec des personnages marginaux, anormaux, contre la société établie et mercantiliste. D’ailleurs Alex de la Iglesia ne cache pas son attirance pour ce genre de personnages : « J’ai toujourseu plus de sympathie pour l’anormal. […] Ce qui

m’intéresse ce sont les personnages qui ne sont surtout pas des héros, des gens qui trahissent, qui mentent, qui tuent, qui se trompent, qui doutent… ». Après la science fiction, il aborde le film satanique avec El día de la bestia (1995), succès populaire en Espagne et film culte, subversif et anti-conformiste(6 Goyas dont le MeilleurRéalisateur) : satire du Madrid des années 90, développée à partir des mythes typiquement espagnols. Le père Ángel et le jeune José María, sorte de Don Quichotte et Sancho Panza luttant contre les moulins à vent –illustrant les problèmes de l’Espagne contemporaine et dénonçant les symptômes de la modernité espagnole : l’apparition du magnat de la communication Berlusconi via Tele 5, la jeunesse nihilisteportée par les drogues, l’urbanisme exponentiel, les groupuscules post-phalangistes. … Il tourne ensuite le road-movie violent avec Perdita Durango (1997), tourné en anglais entre le Mexique et les Etat-Unis ; la comédie noire et pathétique avec Muertos de risa (1999), critique acerbe de la télévision et de la célébrité basée sur l’aspect le plus vil du comique ; le western nostalgique avec 800balas (2002), hommage aux westerns spaghetti. Avec La Comunidad (2000 – 3 Goyas), Álex de la Iglesia acquiert la notoriété en France. A travers l’inquiétante communauté des copropriétaires de l’immeuble il fait entrer l’horreur et le machiavélisme dans le quotidien. En 2004, la cible d’Alex de la Iglesia est la réussite superficielle des vendeurs avec Crimen ferpecto, condensé d’humour noir et de...
tracking img