Le désir cours

Solo disponible en BuenasTareas
  • Páginas : 5 (1092 palabras )
  • Descarga(s) : 0
  • Publicado : 19 de marzo de 2011
Leer documento completo
Vista previa del texto
Le désir

Désir extrêmement valorisé par modernité, ex : publicité.

Âges antiques et classiques occidentaux, mais aussi dans bouddhisme ou hindouisme védantique, qui sont des philosophies autant que des religions : méfiance à l'égard du désir, le tenir à distance, doit être maîtrisé, limité voire éradiqué, désir indésirable.
Monde moderne : désir = signe du vivant et de l'intense
Alors quele besoin prend fin naturellement avec le retour à l'équilibre dans le plaisir, le désir est, contrairement à ce qu'on aurait tendance à penser spontanément, profondément incapable de mener au plaisir, n'ayant pas ou rarement accès à la satisfaction. besoin limité par équilibre du corps qu'il recherche mais désir illimité et insatiable.
C'est donc par confusion avec le besoin qu'on lieordinairement plaisir et désir.
Nous avons tous éprouvé cette tension de notre être vers l'acquisition d'un objet obsédant qui semblait indispensable, et qui s'est révélé décevant, nous laissant sur notre faim, insatisfaits. Dès qu'il y a eu appropriation, possession ou consommation de l'objet désiré, nous avons ressenti une dépréciation immédiate de cet objet décevant parce que incapable d'apaiser lasoif qui était en nous, bref incapable d'apaiser le désir. Sans cesse relancé par les objets exérieurs et sans cesse déçu, le désir passe d'objets en objets chargés de nous satisfaire et de combler en nous ce vide qui nous fait souffrir. Mais toujours les objets se révèlent décevants. Cette déception n'a rien d'un plaisir, c'est une souffrance, même si cette souffrance peut rester longtemps occultéepar la perpétuelle relance du désir vers de nouveaux objets.
La possession successive, rapide et facile de bcp d'objets, loin de ns combler ns blase, et nous tombons ds l'ennui, qui n'est pas l'absence de désir, mais le désir sans un seul objet auquel accrocher l'espérance d'une complétude et d'une satisfaction, un désir rendu à lui-même, sans illusion, terriblement nu et désespéré.
Unevéritable absence de désir, si elle est possible, ne pourrait être qu'absence du manque, donc plénitude, complétude, et bonheur. Certes, l'homme aura tjrs des besoins car c'est un être vivant, qui subit la nécessité naturelle de renouveler les forces dépensées. Mais le besoin, s'il est dépouillé du désir et des fantasmes de l'imagination désirante, est comme le dit Epicure ds la Lettre à Ménécée, aisé àsatisfaire. Le contraire du désir n'est donc pas l'ennui et la vie dévitalisée qui l'accompagne mais la plénitude d'un être qui n'est troublé par aucun désir.

Besoin enraciné dans la réalité animale et physiologique de tout être vivant, alors que désir caractérise l'homme car il n'est pas la traduction d'un déséquilibre physiologique comme le besoin mais expression d'une réalité psychiquecomplexe, fondée sur un manque permanent et indépassable, sur une incomplétude quasi fonctionnelle, propre à la conscience humaine et temporelle. Désir tourné vers l'avenir, mais c'est un leurre.
Sartre dans L'être et le néant : « Il est évident que le néant n'apparaît que dans les limites d'une attente. C'est parce que je m'attends à trouver quinze cents francs que je n'en trouve que treize cents ».Les treize cents francs que je trouve ne sont décevants que parce que j'esérais trouver quinze cents francs à leur place. Si je n'avais pas pensé trouver quinze cents francs, si je trouvais treize cents francs par hasard, ils me combleraient. Il aurait fallu pour cela que je n'attende rien, que la rencontre avec les treize cents francs soit une surprise. Pr accueillir avec joie ce qui vient à nous,il faudrait n'avoir point d'attentes, point de désir. Mais l'homme est plein d'attentes car il est tt entier désir. Les attentes et le désir rendent le présent affligeant.
Pascal : « Nous ne nous tenons jamais au temps présent ». Présent affligeant car sans cesse rendu négatif par les projections mentales de l'homme vers d'autres temps. C'est parce que l'homme vit ds le temps, en se projetant...
tracking img