Estudiante

Solo disponible en BuenasTareas
  • Páginas : 6 (1454 palabras )
  • Descarga(s) : 0
  • Publicado : 6 de septiembre de 2012
Leer documento completo
Vista previa del texto
La philosophie du langage de Frege: termes singuliers

Gottlob Frege (1848-1925) était bien conscient d’être l’un des fondateurs de la logique contemporaine. Il était loin pourtant de penser que, quelques dizaines d’années après sa mort, on l’aurait également considéré comme le fondateur d’une discipline philosophique dite «philosophie du langage»: ne serait-ce que parce qu’il s’était toujoursconsidéré plus comme mathématicien que comme philosophe. Toutefois, cela ne fait aucun doute que nous sommes redevables à Frege des notions centrales du paradigme dominant, comme l’analyse de la prédication et des énoncés quantifiés, de l’idée de la compositionnalité de la signification et du couple sens/dénotation; et ce fut Frege qui, le premier, posa des problèmes canoniques, tels que celui dela signification des descriptions définies (les expressions de la forme ‘le P’, comme ‘le roi de France’ ou ‘la tante de Gottlob’) ou celui des contextes d’attitude propositionnelle (‘X croit que que ’, ‘X veut savoir si p’ etc.). La grande synthèse de Dummett (1973b) a sans aucun doute contribué à l’image actuelle du rôle de Frege dans la constitution de la philosophie du langage; d’autre part,c’est un fait que quasiment tous les auteurs canoniques de la philosophie du langage de notre siècle se réfèrent à lui, depuis Russell qui contribua à en diffuser les idées, jusqu’à Wittgenstein qui reconnut qu’il fut l’un des rares auteurs à avoir exercé une influence importante sur sa pensée, ou Carnap qui fut son élève et qui tenta d’en perfectionner les catégories sémantiques, ou encore Austinqui le traduisit en anglais, et Quine qui hérita de nombres de ses problèmes, jusqu’à Kripke qui en fit la cible de ses polémiques.
Une grande partie des idées sémantiques de Frege est exposée dans trois courts essais des années 1891-1892, Fonction et concept, Sens et dénotation, Concept et objet. Frege appelle ‘noms propres’ ce que nous appelons aujourd’hui généralement termes singuliers,c’est-à-dire les expressions linguistiques qui désignent un seul objet (par exemple ‘Clichy-sous-bois’, ‘l’homme le plus riche de Clichy-sous-bois’, ‘Alfred Biquet’). À chaque nom propre sont associés, selon Frege, un sens (Sinn) et une dénotation (Bedeutung). La dénotation du nom, c’est l’objet désigné: dans l’exemple, respectivement, la ville de Clichy-sous-bois, l’homme qui, dans cette ville, se trouveêtre le plus riche, celui qui porte le nom ‘Alfred Biquet’. Le sens est «le mode selon lequel l’objet est donné» par le nom (1892b: 105); il peut être conçu comme le contenu cognitif associé au nom, en vertu duquel il a telle dénotation; c’est-à-dire comme un des différents modes selon lequel un objet peut être déterminé, en tant qu’il «donne lieu à un nom particulier» de cet objet (Frege, 1914:107). Il s’agit d’une notion problématique (§ 32), que Frege lui-même ne clarifie qu’en partie. Essayons d’en dessiner les contours dans la mesure du possible. Avant tout, il est clair qu’un même objet peut être désigné par plusieurs expressions linguistiques, chacune desquelles constituant un «parcours» spécifique pour parvenir à cet objet. L’actuelle (1997) reine d’Angleterre peut être désignée parl’expression ‘Elizabeth II’, ou par l’expression ‘l’ex-belle-mère de Diana Spencer’, ou par un grand nombre d’autres expressions (parmi lesquelles précisément ‘l’actuelle reine d’Angleterre’). Chacune de ces expressions présente sa dénotation (qui est la même dans tous les cas) d’une manière spécifique, qui est son sens. Pourquoi ne nous suffit-il pas (selon Frege) de dire que des expressionsdifférentes (des noms différents) ont la même dénotation, au lieu de devoir associer à chaque expression un sens, c’est-à-dire un mode selon lequel elle présente sa dénotation? La réponse, toujours selon Frege, est que les mots, considérés comme de simples signes, ne sont pas des instruments de connaissance, ni des véhicules de la communication: ils ne le deviennent qu’en tant qu’ils sont...
tracking img